Yearly Archive 2019

Bywebmaster

Accéder à un Master STAPS en France ou à l’International

Le Master est un Diplôme Bac+5. Il te permet de valider 120 ECTS (European Credits Transfer System) en plus des 180 validés en Licence. L’entrée en Master se fait sur candidature depuis septembre 2017. Tu peux candidater à la suite d’une licence, d’une année de master ou d’une validation d’acquis d’expérience.

Dans le cursus STAPS tu trouves un certains nombre de Master dont deux particuliers :

  • MEEF (Métiers de l’Enseignement, de l’Éducation et de la Formation), avec le concours de l’enseignement se déroulant en fin de Master 1 et dans un futur proche en Master 2. Il se découpe entre apprentissage théorique de la didactique et de connaissances disciplinaires d’une part, et de mise en situation professionnelle d’autre part. Ce master est principalement destiné à préparer au professorat (mais pas que) et donc au concours du CAPES ou CAPEPS pour les profs, étape essentiel avec l’accès à la profession.
  • En ce qui concerne le CAPEPS (Certificat d’Aptitude au Professorat d’Education Physique et Sportive) il se divise en épreuves, écrit et oral, avec pour finalité un classement donnant lieu ou non  à l’accès au poste de la fonction public. Cette année le nombre de place s’élève à 730 au total (650 pour le concours externe et 80 pour le concours interne). En savoir plus sur le CAPEPS … 

Tu peux rejoindre le groupe Facebook  » Objectifs CAPEPS 2019 « , un groupe d’entraide de plus de 1000 stapsiens qui passent leur CAPEPS !

Comment trouver mon Master ?

Pour trouver ton master tu peux regarder sur la plateforme gouvernementale  https://www.trouvermonmaster.gouv.fr

En STAPS chaque Master est différent que ce soit sur ses thématiques et sa pédagogie. En effet, si les 5 grandes mentions subsistent : Entraînement Sportif, Activité Physique Adapté et Santé, Management du Sport, Ergonomie et Éducation Motricité (qui se poursuit sur un master MEEF) ; ils se spécifient chacun par rapport à leur territoire, par exemple la Licence Management du Sport à Nice devient Management des Services et Tourisme Sportif en Master.

Si tu as des questions sur les spécificités du master ou sur le vécu des étudiants inscrits dans le master de ton choix, tu peux également te renseigner auprès des associations étudiantes locales, sur le groupe Facebook « STAPS DE FRANCE » ou envoyer un email à vp.oip@anestaps.org.

Comment accéder à un Master ?

Pour candidater au master tu dois déposer ta candidature sur le site de ton université ou la plateforme master suivant les dates précisées. Tu remplis la candidature et joints les différentes pièces jointes demandées.

Ton dossier sera étudié par l’équipe pédagogique du master et une réponse te sera donnée avant l’été.

Comment faire si mes choix sont refusés ?

Tu peux bénéficier au droit à la poursuite d’étude sous 3 conditions :

→ Avoir obtenu ta licence il y a moins de 3 ans

→ Avoir envoyé au moins 3 candidatures pour une admission en M1

→ N’avoir obtenu que des refus dans toutes tes candidatures et présenter un justificatif daté du refus de l’établissement

Cette procédure n’est pas automatique, c’est à toi de contacter le recteur de ta région académique via www.trouvermonmaster.gouv.fr qui doit te proposer en priorité une formation dans l’établissement dans lequel tu as validé ta licence. Si ce n’est pas possible il doit te proposer au moins 3 Masters dont 1 obligatoire dans ton Académie (Octobre au plus tard). Les délais sont très courts :

  • Se manifester dans les 2 semaines suivant la date de validation de ta licence si tu as déjà reçu que des refus en Master
  • Se manifester dans les 2 semaines suivant le dernier refus s’il apparaît après la validation de ta Licence.
  • Tu as 2 semaines pour accepter ou refuser les propositions du recteur qui essayeront d’être le plus proche du domaine d’étude visé.

Si tu rencontres un problème dans cette démarche, que tu as une question ou tout autre problème, l’ANESTAPS est présente pour t’aider et t’accompagner. Il te suffit d’envoyer un mail à  defensedesdroits@anestaps.org.

Quelles aides financières pour les Masters ?

Pour pouvoir bénéficier de l’aide à la mobilité Master, tu dois être inscrit en première année du diplôme national master, l’année qui suit l’obtention de ton diplôme national de licence. Tu seras alors éligible à cette aide si tu es bénéficiaire :

  • D’une bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux OU
  • D’une allocation annuelle accordée dans le cadre du dispositif des aides spécifiques versées par le ministère ou les établissements qui en relèvent
  • ET si tu es inscrit·e dans une autre région académique que celle où tu as obtenu ta licence.

Tu dois déposer ta demande d’aide en ligne sur messervices.etudiant.gouv.fr, rubrique « Aide mobilité master ».

Ta demande doit être accompagnée de pièces justificatives :

  • Attestation de réussite du diplôme de licence, délivrée par l’établissement
  • Certificat d’inscription en 1ère année de master

Tu peux ainsi obtenir une aide de 1 000 euros.

Pour bénéficier des bourses sur critères sociaux, tu dois être étudiant en formation initiale en France dans un établissement habilité à recevoir des boursiers et suivre des études à plein temps.

Il existe aussi l’aide spécifique. Elle permet d’apporter une aide financière personnalisée à l’étudiant en difficulté. Elle peut être versée en cas de difficultés financières durables et si tu ne bénéficies pas de la bourse d’enseignement sur critères sociaux.
Contactes le CROUS dont tu dépends pour faire la demande !

Et pour l’étranger ?

L’aide à la mobilité internationale s’adresse à l’étudiant qui souhaite suivre une formation supérieure à l’étranger dans le cadre d’un programme d’échanges ou effectuer un stage international.

Elle est accordée à l’étudiant :

→ Pouvant bénéficier d’une bourse sur critères sociaux

→ Ou bénéficiaire d’une aide spécifique annuelle

→ Et qui prépare un diplôme national relevant de la compétence du ministère de l’enseignement supérieur.

Tu dois transmettre au service des relations internationales de son établissement un dossier de demande d’aide à la mobilité, accompagné d’un projet de séjour d’études ou de stage à l’étranger.

Plus d’informations sur les études à l’internationale sur le site de l’ANESTAPS !

Contacts

Baptiste Romero – Attaché de Presse

presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Bywebmaster

Loi ORE : L’ANESTAPS n’a pas oublié les engagements du gouvernement.

La loi ORE “Orientation et Réussite des Étudiants”, promulguée il y a plus d’un an, a pour objectifs principaux de permettre aux jeunes de mieux s’orienter et de réussir dans l’enseignement supérieur notamment avec la mise en place de parcours d’accompagnement personnalisés.

En septembre dernier, l’ANESTAPS a une fois de plus alerté le gouvernement sur la situation de tension de la filière STAPS. Cette dernière est liée à l’augmentation progressive des capacités d’accueil des UFR STAPS, dont le but reste de permettre à chaque jeune d’intégrer la formation de son choix, sans pour autant recevoir les moyens nécessaires du gouvernement.

Rendant les UFR incapables d’assurer une formation de qualité pour toutes et tous, ce manque criant de moyens se matérialise par une insuffisance en ressources humaines et matérielles néfaste aux conditions d’études des jeunes en formation.

L’ANESTAPS et la C3D se sont donc fortement mobilisées pour ouvrir 3100 places supplémentaires en STAPS sur tout le territoire pour la rentrée 2018, avec l’engagement fort du gouvernement d’assurer les ressources financières pour le permettre. Une réelle victoire pour notre organisation qui défend un enseignement public de qualité et accessible à tous.

Cependant, sept mois après la rentrée, l’heure est au bilan.

À l’approche de la rentrée universitaire 2019, les premiers signes d’inquiétude se font ressentir. En effet, les étudiants des UFR STAPS de Brest et Nantes se sont mobilisés cette semaine. En cause, une incertitude totale quant au respect des engagements annuels et pluriannuels des rectorats sur le fléchage du budget. Ce manque de visibilité sur le planning prévisionnel de réception des moyens empêche les UFR de lancer leur campagnes de recrutement des enseignants titulaires et personnels administratifs pour septembre prochain.

L’urgence d’augmenter les ressources humaines à la rentrée prochaine est d’autant plus importante car, à la problématique du délai de recrutement, s’ajoute l’augmentation notable du taux de réussite en L1 qui va engendrer une hausse encore plus importante des effectifs globaux en STAPS.

Persuadée que c’est par le dialogue qu’il est le plus propice de trouver des solutions, l’ANESTAPS tient à rappeler, malgré la situation alarmante, sa volonté de continuer à instaurer un espace d’échanges dans l’académie de Rennes, de Nantes et partout en France. 

Néanmoins, l’ANESTAPS, organisation de jeunesse militante, a toujours agit dans le seul but de défendre les intérêts des jeunes voulant s’orienter vers les métiers du sport. Elle n’hésitera donc pas à se mobiliser nationalement, comme elle a pu le faire dans le passé, si elle estime que le contrat de confiance est rompu.   

Contacts :

Baptiste Romero – Attaché de Presse

presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Communiqué de Presse – PDF

Bywebmaster

L’ANESTAPS fête ses 20 ans !

Il y a une semaine jour pour jour, du 21 au 24 Mars, s’est tenu le 40ème Congrès National de l’ANESTAPS à Poitiers. À cette occasion ce sont plus de 300 étudiants, de 40 associations STAPS, qui se sont rassemblés pour assister à des temps de formations, d’échanges, de débats mais aussi pour célébrer le 20ème anniversaire de l’ANESTAPS.

En parallèle du congrès, a eu lieu l’Assemblée Générale de création de la 4AS, Association des Anciens et Amis de l’ANESTAPS et des STAPS, dont Julien Meykerque, 1er Vice-Président sur le mandat 2015-2016, a pris la présidence.

Cet article a pour but de revenir sur les temps fort de ce week end, qui constitue un moment clé dans l’histoire dans l’ANESTAPS.

En plénière d’ouverture, Mathias Goasmat, président de l’ANESTAPS, a pu donner successivement la parole aux partenaires institutionnels venus nombreux pour l’occasion.

En commençant par l’Université de Poitiers représentée par Laurent Brizzi, Vice-Président en charge du patrimoine et du développement durable, qui a tenu à souligner les valeurs humaniste et sociale du réseau de l’ANESTAPS, et du rôle important des STAPS dans la structuration des Universités de part leur avance sur beaucoup de sujets.

Pour la première fois, une personne représentant un CREPS intervenait sur un événement de l’ANESTAPS. En effet, Estelle David, Directrice adjointe du CREPS de Poitiers, a pu se rendre disponible. Elle a pu tenir des mots forts sur l’importance de l’articulation des formations dans le champ du sport et revenir sur le rapprochement primordial des UFR STAPS et des CREPS.

Enfin, l’UFR STAPS et le SUAPS de Poitiers étaient représentés par Nicolas Hayer qui a salué le rôle primordial des associations sur les campus et pour les UFR sans oublier de souligner la relation de confiance entre la C3D et l’ANESTAPS qu’il faut entretenir.

Pierre angulaire de la force du réseau de l’ANESTAPS, les temps de formation des associatifs prennent une place importante du planning, toujours avec le prisme de l’éducation populaire. Les associatifs ont pu construire leur programme pour choisir les compétences qu’ils souhaitaient développer et thématiques qu’ils souhaitaient aborder en choisissant à chaque créneau entre :

  • des formations structurelles liées à la gestion associative comme “L’écosystème de mon association”, “Droits et devoirs de mon association”, “Préparer et intervenir en conseil”.
  • des temps d’échanges et de débats sur les enjeux sociaux et sociétaux  comme “la lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans l’enseignement supérieur et le sport” ou “Tous citoyens pour sauver la planète”.
  • des temps de dialogue structuré, construction de solutions portées plus spécifiquement sur des thématiques liées aux formations dans le champ du sport comme “Blocs de Compétences Kesako ?”, “La refonte de la Gouvernance du Sport : Une nouvelle vision du sport en France ?” ou encore “Service Sanitaire : vers une intégration des STAPS ?”.

Des temps animés par une équipe d’une soixantaine de formateurs qui ont permis à chaque congressiste de monter en compétence, et de mûrir les projets de son association en capitalisant sur les bonnes pratiques des autres participants.

Dans une perpétuelle volonté de proposer des approches pédagogiques innovantes, l’ANESTAPS a mis en place le Village de l’Innovation Sociale sur lesquels les congressistes étaient invités à prendre la parole et à échanger sur dix tables rondes différentes telles que le Projet de Solidarité Internationale, l’alimentation, la Journée Nationale du Sport et du Handicap, ou encore la question de l’habitat. Le but d’un tel exercice était de sensibiliser au maximum le réseau des associatifs de l’ANESTAPS sur des problématiques sociales actuelles auxquelles l’ANESTAPS prend part chaque année et leur donner envie de créer des projets innovants pour essayer de répondre à ces problématiques.

Comme lors de chaque congrès national, un temps d’échange avec les différents partenaires de l’ANESTAPS est instauré. L’ANESTAPS remercie ainsi la Banque Française Mutualiste, Withings, Be Sport, We Cook, le Challenge BeWalk, l’UCPA, la FEDEEH, la Maïf, Inspire, La Centrale du Sport, Beach Master, Student on Campus, JACCEDE, le Secours Populaire, le SE UNSA, le Congrès HOPE, le Bureau Français du Parlement Européen et la 4AS d’avoir tenu un stand lors de ce village partenaire afin d’échanger avec les participants et de présenter leurs actions au quotidien.

Ces 20 ans étaient également l’occasion de travailler sur une problématique récurrente de l’ANESTAPS : l’articulation des formations dans le champs du sport. Pour faire suite au temps de formation commun sur cette thématique, la matinée du samedi a donc été réservée à la mise en place d’un Serious Game, appelé “Educathon”, portant cette articulation, enjeu majeur de ce congrès. Dans une volonté d’innover dans les approches pédagogiques, les 300 participants ont donc pris part à une formation ludique avec l’objectif de comprendre l’approche par compétences des différents diplômes des métiers du sports.

C’est motivé par les discours de Roxana Maracineanu, Ministre des Sports et Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, réaffirmant l’importance d’un travail interministériel pour répondre au manque de lisibilité des formations du champ du sport, que les 300 associatifs ont participé activement à l’Educathon pour en faire ressortir des propositions concrètes. Une synthèse des travaux sera transmise aux deux ministères et rendue publique sous peu.

Table ronde 1 : Orlane FRANCOIS (2016-2017), Céline BERNARD (1ère élue STAPS en France), Stéphane GAILLARD (chargé de Sport à la FAGE en 1998), Yann SOUCAZE (2002-2003) et Thomas VERCHERE (2011-2012).
Table ronde 2 : Mathias ABRAMOVICZ (2005-2007), Enora LE JEUNE (2009-2011), Laurent BEAUVAIS (2013-2015) et Pierre REBILLARD (2001-2002).
Table ronde 3 : Bertrand PERRIN (2003-2005), Médéric JACQUEMIN (2008-2009), Bréwal SOYEZ–LOZAC’H (2015-2016) et Maixent GENET (2011-2013)

 

Durant le samedi après-midi se tenait le temps fort de ce Congrès des 20 ans : un colloque pour revenir sur l’histoire de l’ANESTAPS. L’occasion de comprendre le contexte d’aujourd’hui afin de mieux définir la politique générale et réfléchir collectivement sur les ambitions de l’ANESTAPS pour 2039.  

Animé par Mathias Goasmat (Président de l’ANESTAPS) et Aurélien Pichon (Doyen de l’UFR STAPS de Poitiers), 13 anciens présidents et présidentes ont pu intervenir sur 3 thématiques :

  • Le premier temps fût l’occasion de revenir sur la suppression du concours d’entrée en STAPS et sur la création de l’ANESTAPS. Toutes les positions structurantes que l’ANESTAPS a pu prendre par la suite dans le champ de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et comment elle s’est construite, structurée dans le temps sans perdre son côté militante.
  • Le deuxième fût orienté sur l’articulation des formations dans le champ du sport et comment l’ANESTAPS est devenu un acteur reconnu au sein du mouvement sportif.
  • Enfin, le dernier était l’occasion de revenir sur le virage qu’a pris l’ANESTAPS pour devenir une organisation de jeunesse, proactive au travers des projets d’innovation sociale et d’éducation populaire pour répondre aux problématiques de société.

Pour clôturer cet événement riche en temps forts, un temps démocratique avec le Conseil d’Administration de l’ANESTAPS a eu lieu afin de voter les orientations politiques de la structure et revenir sur les prochains enjeux.

 

Félicitations au BDE STAPS Poitiers pour l’organisation de ce 40e congrès. Le prochain aura lieu à Nantes, du 24 au 27 octobre 2019 pour le Congrès de Passation de l’ANESTAPS, qui sera aussi le moment de présenter le ToolKit COME In à la Commission Européenne.

Contacts :

Baptiste Romero – Attaché de Presse

presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Bywebmaster

L’ANESTAPS lauréate aux trophées de la LICRA !

Lundi 25 mars, pour ses projets d’innovation sociale, l’Association Nationale des Etudiants en STAPS a eu l’honneur d’être lauréate du trophée de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme. Les trophées de la LICRA ont pour but de mettre en valeur des engagements courageux, des initiatives exemplaires, des expériences innovantes et utiles au bien public et à l’avènement d’une pratique sportive citoyenne et engagée.

La journée a commencé par une ouverture faite par Roxana Maracineanu, ministre des Sports, avant de laisser Ryadh Sallem, Président de la commission sport et jeunesse de la LICRA, animer la conférence “Racisme, Antisémitisme et discrimination dans le sport”. Cette conférence fut l’occasion de revenir sur les bonnes pratiques et les politiques inclusives des différents acteurs présents.

Par la suite, la LICRA a récompensé 12 personnes et organisations qui ont mené des actions fortes de lutte contre les discriminations en utilisant le vecteur du sport. Parmi elles, Yoann Lemaire pour son documentaire “Footballeur et homo l’un n’empêche pas l’autre”.

L’ANESTAPS, pour sa part, a été récompensée pour l’organisation de la Journée Nationale du Sport et du Handicap qui a eu lieu le 27 mars 2019 dans plus de 27 villes en France afin de sensibiliser, lutter contre les discriminations et briser les barrières sociales sur le handicap. Mais aussi pour le projet COME In, qui a pour but de faciliter l’intégration des personnes en situation de handicap dans les pratiques sportives et le projet de Solidarité Internationale au Kosovo, dont l’objectif est d’utiliser le sport pour lutter contre les problématique sociétales d’un jeune pays en pleine évolution.

“ Faites du sport, pas la guerre ”

L’ANESTAPS continuera de mener des actions de lutte contre les discriminations dans le monde du sport et dans l’enseignement supérieur, ces dernières constituent un fléau pour la société et les jeunes ont le pouvoir de le vaincre.

Contact :

Baptiste Romero – Attaché de presse

presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

 

Bywebmaster

JNSH 2019 : une édition historique !

Ce mercredi 27 mars a eu lieu la 7ème édition de la Journée Nationale du Sport et du Handicap (JNSH). A cette occasion, 27 villes ont organisé l’évènement : Angoulême, Avignon, Amiens, Besançon, Bordeaux, Brest, Chambéry, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Le Mans, Liévin, Limoges, Lyon, Metz, Nancy, Nantes, Nice, Paris, Reims, Rennes, Rouen, Saint Brieuc, Saint-Etienne, Tarbes, Toulouse et Valenciennes.

L’ANESTAPS s’est toujours engagée sur des problématiques sociétales telles que la lutte contre les discriminations, se positionnant ainsi comme actrice de l’innovation et la cohésion sociale au travers de projets tels que cette Journée Nationale du Sport et du Handicap.

Créée en 2013, elle avait pour but premier de mettre en valeur les compétences de ses étudiants en parcours Activités Physiques Adaptées et Santé et ne comptait que 2 villes organisatrices. Passant de 2 villes en 2013 à 20 en 2018, les objectifs de cette journée ont eux aussi évolué avec l’actualité. En effet, maintenant la JNSH vise également à sensibiliser, à lutter contre les discriminations et briser les barrières sociales pour ainsi créer des moments de partage et de vivre ensemble, au delà des différences.

L’ANESTAPS a toujours considéré le sport comme vecteur d’inclusion sociale.

Ainsi, six ans après, lors de la 7e édition de la JNSH, 27 villes ont porté ensemble un projet commun pour lutter contre les barrières sociales afin de gommer les différences et élargir la pratique physique à tous. Ayant lieu historiquement le jeudi, la JNSH s’est déroulée un mercredi. Un choix fort pris par le Conseil d’Administration de l’ANESTAPS qui témoigne de sa volonté d’avoir un impact plus fort sur la société. C’est impact est réel puisque cette 7e édition a rassemblé plus de 10.000 personnes ! Un chiffre historique atteint grâce aux 1.168 bénévoles, dont certains ont oeuvré depuis des mois pour organiser cette journée.

Les activités misent en place par les associations furent nombreuses et diverses. Nous avons pu retrouver aussi bien des activités physiques que manuelles telles que, du basket fauteuil, de la sarbacane, un labyrinthe à l’aveugle, des parcours en fauteuil tout terrain, du Tir à l’arc, un Tournoi de Cécifoot, de la Boccia, des parcours à l’aveugle, une dégustation à l’aveugle, de l’escalade, torball mais aussi des flashmob ou du théâtre !

L’édition parisienne a commencé par un colloque organisé en collaboration avec Sport et Citoyenneté dans la salle des Fêtes de la mairie du 3e arrondissement de Paris. Nous avons eu le plaisir d’avoir la présence de Charles Rozoy, collaborateur de la ministre des Sports, chargé de la politique sur le handicap, Yanis Bacha, journaliste et ancien conseiller ministériel, Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité Paralympique et Sportif Français et Julian Jappert, Directeur Général du Think Tank Sport et Citoyenneté et pleins d’autres personnalités connues et reconnues pour leurs travaux. “Développer la pratique para-sportive et favoriser l’inclusion” était le thème de ce moment de débats, divisé en 2 tables rondes “ Développer la pratique sportive dans le cadre fédéral” et “Encourager une pratique régulière de proximité”. Ces échanges vont servir au travaux en cours du Ministère des Sports.
La seconde partie de la journée se déroulait à quelques mètres de là, Place de la République. Un village d’activités de sensibilisation de 700m2 composé de nombreuses activités telles que du cécifoot, du volley assis animé par la Fédération Française de Volley Assis, du parcours fauteuil, du sport partagé grâce à l’UNSS, partenaire national de cette 7e édition, un bilan de santé effectué par le CROS Ile de France, du e-sport adapté mis en place par CAP GAME. Diffuz, plateforme solidaire et le bureau de liaison du Parlement Européen étaient également présents sur le village partenaire.

L’ANESTAPS tient à adresser un grand remerciement aux nombreuses personnes qui ont participé et soutenu cette journée. Nous commencerons par le parrain de la manifestation, Cyril Moré, multiple champion paralympique qui est venu participer aux activités de sensibilisation Place de la République. Nous remercions également Jean-François Martins et Graig Monetti pour leur passage, preuve que les politiques publiques soutiennent ces initiatives de jeunesse. Le Ministère des Sports a également affiché un franc soutien à la Journée Nationale du Sport et du Handicap 2019, placée sous son haut patronage et par la participation de Charles Rozoy comme modérateur de la table ronde organisée en collaboration avec Sport et Citoyenneté. Nous remercions également Marie-Amélie Le Fur pour sa présence sur l’évènement.

Ce projet s’inscrit de plus en plus chaque année dans le paysage du sport handicap national. Des acteurs experts s’associent à l’ANESTAPS et la soutiennent dans le but d’utiliser le sport comme outil d’inclusion sociale et nous avons volonté de continuer à collaborer avec eux.

Nous vous donnons rendez-vous l’année prochaine pour la 8eme édition de la Journée Nationale du Sport et du Handicap.

Contacts :

Baptiste Romero – Attaché de presse

presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Bywebmaster

Préparation de la campagne de mobilisation des jeunes aux européennes

Le week-end dernier, l’ANESTAPS, associations et membres du bureau national, a participé au WE2E (Week End des Élections Européennes) organisé par la FAGE et pour préparer la suite de sa mobilisation afin d’encourager le vote des jeunes aux élections européennes du 26 mai 2019.

En effet, lors du dernier scrutin de 2014, les jeunes étaient seulement 27% à se déplacer aux urnes pour choisir leurs représentants au Parlement Européen. Partant de ce constat, la FAGE, première organisation de jeunesse en France, se mobilise avec son réseau pour augmenter ce taux de participation.

De ce fait, Le programme du WE2E a été construit pour répondre aux deux principaux leviers qui permettront d’amener les jeunes aux urnes.

Le premier et probablement le plus important est le manque d’informations qu’ont les jeunes à propos de l’Union Européenne et de son fonctionnement. Les participants se sont déplacés le vendredi au bureau de liaison du Parlement Européen où Liza Paolini et Maxime Canon ont présenté la communication mise en oeuvre par cet acteur qui partage notre objectif d’implication des jeunes dans les élections européennes. Parmi les outils mis en place, on retrouve bien sûr la plateforme #CetteFoisJeVote, mais aussi le site Ce que l’Europe fait pour moi. Ensuite, une présentation de la campagne de communication des Jeunes Européens de France a été donnée par son président, Hervé Morit. Le lancement officiel de ladite campagne s’est déroulé le dimanche, Place du Trocadéro à Paris.

En capitalisant sur les expériences des personnes présentes et rencontrées, les participants ont pu compiler leur idées pour mettre en place le planning opérationnel de communication du réseau de la FAGE, en liant actions de terrain et méthodes de communication innovantes pour informer et intéresser les jeunes aux questions de l’Europe.

Le second frein entravant le vote des jeunes concerne le désintéressement de ces deniers qui ne perçoivent pas l’impact des politiques et actions de l’Union Européenne sur leur vie quotidienne et se sentent déconnectés de cet organe. C’est pourquoi, en 2017, la FAGE a lancé ses États Généraux sur l’Europe. Cette méthodologie de dialogue structuré a permis de créer du débat entre les jeunes sur de nombreuses thématiques qui touchent à l’Europe pour faire ressortir des positions. Les candidats peuvent ainsi utiliser la synthèse des États Généraux afin de toucher les jeunes en intégrant les positions auxquelles ils sont sensibles à leur programme. Une présentation de ces Etats Généraux et de la stratégie de portage des positions auprès des futurs eurodéputés a été faite par le bureau national de la FAGE.

Si le Parlement Européen s’intéresse plus à la jeunesse, la jeunesse s’intéresse plus à l’Europe.

#YourHopeForYouth.

Bywebmaster

Un colloque pour encourager la pratique para-sportive et favoriser l’inclusion

A l’occasion de notre collaboration lors du futur Colloque Sport Handicap, le Think Tank Sport et Citoyenneté nous a écrit cet article :

En France, les taux de pratique sportive des personnes en situation de handicap demeurent très en-deçà
de ceux du reste de la population. Le 27 mars a lieu la Journée nationale du sport et du handicap, qui a
pour but de sensibiliser aux possibilités du sport-handicap, de lutter contre l’isolement et briser les
barrières sociales. Le think tank Sport et Citoyenneté et l’ANESTAPS organise lors de cette journée un
colloque qui vise à proposer des solutions pour encourager la pratique para-sportive.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 15% de la population mondiale vit au quotidien des situations
de handicap et cette proportion ne peut qu’augmenter avec le vieillissement de la population. La Convention
des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNUDPH), reconnaît dans son article
30 leur droit de participer à la vie culturelle et récréative, aux loisirs et aux sports. L’épanouissement, la
santé, le bien-être et le lien social sont au cœur de ces réflexions.
En France, la loi du 11 février 2005 doit faciliter l’intégration des personnes en situation de handicap dans la cité,
en ce qui concerne le cadre bâti, mais aussi l’ensemble des services, l’accueil, l’information et les pratiques en
elles-mêmes.

Malgré tout, les activités physiques et sportives, maillon essentiel de la vie sociale et locale, restent inaccessibles
à de nombreux individus en situation de handicap. Non seulement les infrastructures sont souvent inadaptées,
mais les transports collectifs et l’aménagement des espaces publics ne sont que trop rarement conçus pour
ces personnes. Quant à l’offre des fédérations, des clubs, des établissements ou du secteur marchand, elle
correspond rarement aux besoins et aux attentes, notamment concernant le sport hors compétition.
C’est donc la dimension d’accessibilité qu’il faut interroger dans nos territoires, ainsi que le degré
d’information et de sensibilisation de la population.

La Journée Nationale du Sport et du Handicap, créée en 2013 par l’ANESTAPS, a lieu aujourd’hui dans plus
de 20 villes en France. Elle s’articule autour d’activités de sensibilisation à destination du grand public, de
colloques et tables-rondes.
Dans le cadre de sa réflexion consacrée à l’accessibilité en matière d’activités physiques et sportives, le Think
tank Sport et Citoyenneté, collabore pour cette édition avec l’ANESTAPS. Ils organisent un débat visant à
identifier des solutions pour encourager les pratiques para-sportives, à la fois dans le cadre fédéral mais
aussi dans la société dans son ensemble.

Lors de ce colloque sera abordée notamment la question des offre sportives proposées aux publics en situation
de handicap, et la nécessaire complémentarité à trouver entre les acteurs dans ce domaine.
Il sera aussi question de l’accompagnement des acteurs sociaux et médico-sociaux dans la fourniture d’une offre
de pratique adaptée.
Ce colloque permettra enfin de mettre en avant des bonnes pratiques pour favoriser une pratique sportive de
proximité pour les personnes en situation de handicap.

Le think tank Sport et Citoyenneté souhaite continuer à collaborer avec l’ANESTAPS sur cette question et va
poursuivre sa réflexion et son expertise en matière de sport et de handicap.

Bywebmaster

Rendez-vous le 27 mars !

Depuis toujours, l’ANESTAPS lutte activement contre toutes formes de discrimination et se positionne sur les problématiques sociales en utilisant l’activité physique comme vecteur d’inclusion sociale. Ainsi, l’ANESTAPS organise plusieurs projets nation aux pour répondre aux besoins sociétaux et promouvoir la filière aussi bien auprès des acteurs socio-économiques que du grand public. Parmi eux, la Journée Nationale du Sport et du Handicap a pour objectif de développer l’image du sport handicap, permettant d’ouvrir et d’intégrer les personnes en situation de handicap au sport. Cette accessibilité permettant ainsi de briser les barrières sociales et de lutter contre l’isolement. Ce projet aspire également à être facilitateur d’orientation des jeunes et à l’insertion professionnelle des jeunes.

Cette journée se compose en 3 volets :

  • La première partie est celle de la sensibilisation, souvent traduite par des activités à destination des étudiants mais également du grand public et notamment les plus jeunes, afin de changer les mentalités et le regard sur le handicap.
  • Le second volet est celui de la mise en place de tables ronde et colloques sur le thème du sport et du handicap ayant pour but de faire intervenir des personnalités importantes de ce secteur et ainsi créer un moment d’échange privilégié.
  • Le dernier volet est la mise en relation entre le public et les professionnels par le biais d’un village partenaire composé de structures spécialisées dans le domaine du handicap.

La Journée Nationale du Sport et du Handicap se développe chaque année depuis son lancement en 2013 par les deux villes organisatrices : Avignon et Nice.

En effet lors de la 6e édition en 2018, plus de 6.200 participants et 680
bénévoles se sont initiés à plus de 180 activités. Près de 180 partenaires ont permis aux 20 villes d’Amiens, Clermont-Ferrand, Le Mans, Reims, Rennes, Bordeaux, Rouen, Lyon, Chambéry, Toulouse, Grenoble, Nantes, Nice, Avignon, Besançon, Saint-Brieuc, Valenciennes, Brest, Saint-Etienne et Paris de réaliser avec réussite leur JNSH.

En 2019, l’ANESTAPS, son réseau et son parrain national, le multiple champion paralympique Cyril Moré vous donne rendez-vous le mercredi 27 mars pour une 7e édition exceptionnelle dans près de 30 villes en France et pour la première fois en Guadeloupe !

 

L’édition parisienne commencera par un colloque dans la salle des fêtes de la Mairie du 3e arrondissement sur le thème « Comment développer la pratique para-sportive et favoriser l’inclusion ? » organisé en collaboration avec Sport et Citoyenneté, modéré par Charles ROZOY, collaborateur de la Ministre des Sports sur le sport handicap et avec la participation de Marie-Amélie LE FUR, Présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Lydie COHEN, membre du comité scientifique Sport et Citoyenneté, Evelyne CIERIGI, Présidente du CROS Île-de- France, Julian JAPPER, Directeur Général de Sport et Citoyenneté et Mathias GOASMAT, Président de l’ANESTAPS. L’UNSS, la Fédération Française de Handisport et du Sport Adapté, l’UCPA, Siel Bleu, les APF, la Fédération Française de Sport pour Tous, la SFP APAS et plusieurs députés seront également présents.

A partir de 12h et tout au long de l’après- midi, auront lieu des activités d’initiation au sport handicap. Il sera ainsi possible de s’essayer au cecifoot, au volley assis, au basket fauteuil et au sport partagé sur la célèbre place de la République.

L’ANESTAPS remercie ses nombreux partenaires : la FAGE, la Fédération Française de Sport Universitaire, la FEDEEH, Diffuz, l’UNSS, Sport et Citoyenneté, le CROS Île-de-France et la campagne d’information du Parlement Européen « Cettefoisjevote ».

 

Renseignez-vous sur les projets territoriaux !

 

Contacts :

Matthieu AIMAR – Coordinateur de la JNSH – jnsh@anestaps.org – 06 33 95 32 81

Baptiste ROMERO – Attaché de Presse – presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Communiqué de Presse – JNSH 2019

Bywebmaster

DILORAMES : l’appli d’orientation dans les métiers du sport

Ça y est, c’est officiel ! L’application DILORAMES est disponible gratuitement sur le PlayStore : CLIQUE ICI 

Alors, à vos smartphones ! Que vous soyez au lycée, en étude, ou tout simplement en recherche d’informations sur les métiers du sport et de l’animation, le jeu DILORAMES vous permet de découvrir de manière ludique de nombreuses fiches métiers.

Partant du constat partagé des problématiques d’orientation, qui sont décuplées dans le champ du sport à cause de l’illisibilité de l’offre de formation, les acteurs du champ du sport se sont rassemblés sur commande du Ministère de lʼEnseignement Supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation (MESRI) via la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle (DGESIP ) pour y apporter une solution.

L’ANESTAPS, l’UNESS, la C3D, le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le ministère des Sports et l’ONISEP, se sont donc réunis pour centraliser, dans un serious game, toutes les informations relatives aux métiers du sport et de l’animation, en capitalisant sur les champs d’expertises de chacun des acteurs.

Ce dernier permet de proposer une source d’informations innovante et accessible aux jeunes, basée sur un synopsis original qui rend l’orientation et la sensibilisation naturelle.   

Le synopsis

Le jeu DILORAMES prend place dans un univers de science-fiction, à l’ère du voyage interplanétaire, où de nombreux peuples humanoïdes cohabitent plus ou moins paisiblement depuis plusieurs décennies.

Les Semarolids, des entités immatérielles récemment arrivées dans le galaxie, essaient de comprendre les espèces organiques. Les plus aventureux s’incarnent dans des corps synthétiques pour se fondre dans la population humanoïde, avec un succès mitigé.

Désireux de s’intégrer dans la communauté galactique, ils ont créé plusieurs stations dédiées à l’étude des domaines propres aux organiques, dont celui du sport.

Le joueur incarne un jeune émissaire terrien dont l’objectif est de développer de bonnes relations avec les Semarolids et de les aider à comprendre les cultures des organiques. Il devient ainsi superviseur de la station DILORAMES-R3.

Destinée à accueillir les organiques et à les rassembler autour d’activités sportives, la station est en fait totalement inadaptée : les Semarolids ont des notions fausses de la physiologie et des besoins des autres espèces, et ont maladroitement tenté de créer un environnement qui leur conviennent.

Mais rien ne marche comme prévu, et les équipements sportifs sont inutilisables, voir dangereux. Le joueur devra donc se débrouiller pour rendre la station à la fois fonctionnelle et attractive, afin d’en faire non seulement un lieu d’échange, mais aussi la destination favorite de tous les sportifs de la galaxie.

Test du jeu mobile

Premières réactions au test du jeu mobile

 

Bywebmaster

Cet été, trouve ton job de rêve !

L’ANESTAPS s’engage depuis toujours en faveur de l’émancipation des jeunes notamment par l’aide à la recherche d’emploi.

Les compétences transversales développées en parallèle du cursus universitaire comme l’autonomie, la prise de responsabilités, la gestion de groupe… sont toutes autant importantes dans la construction de l’individu. En effet, ces compétences renforcent encore plus la polyvalence des étudiants en STAPS dans une logique de formation tout au long de la vie.

De ce fait, l’ANESTAPS en collaboration avec l’UCPA présente le dispositif “Cet été, trouve ton job de rêve”.

Ce projet est réitéré pour la troisième année consécutive et a l’ambition de faciliter la recherche d’emploi estivale, en proposant des postes saisonniers dans l’encadrement sportif. Un secteur d’activité dans lequel les étudiants en staps sont formés, par le biais de  leurs spécialisations de formation, mais parfois trop peu reconnus. Le dispositif permettra à 60 étudiants de décrocher un job d’été aussi attractif que pertinent vis à vis de leur formation

Une opportunité intéressante pour les STAPS de développer et transmettre leurs compétences et expériences à un public sportif intéressé durant l’été.

Depuis sa création, l’UCPA a pour vocation de permettre à tous d’accéder au sport dans un esprit de partage, de solidarité et de cohésion sociale. Fondée sur la passion du sport, l’UCPA est devenue au fil des décennies l’une des références dans le domaine des  vacances sportives. Permettant aux jeunes comme aux moins jeunes d’accéder à de nombreux sports de nature encadrés par des professionnels diplômés. Plus qu’un job, l’UCPA est une aventure humaine où l’apprentissage de soi et des autres permet de vivre des expériences uniques.

L’UCPA recherche des jeunes titulaires du DEUG STAPS pour les embaucher sur la période estivale de juillet à août.

Nous lançons donc un appel à candidature dans les UFR staps de France pour embaucher des étudiants dans l’encadrement de stages sportifs UCPA.

Le rôle des moniteurs est d’encadrer des  jeunes de tout âge dans les meilleures conditions de sécurité, les publics dans leur activité. Cela peut être à visé de découverte ou de perfectionnement de leur pratique sportive afin qu’ils deviennent autonomes.

Description du poste:

  • Poste en CDD de 1 à 3 mois à partir de Juin 2019, positionné sur un village sportif UCPA en France.
  • Les candidat.e.s retenu.e.s seront par la suite invité.e.s à un stage sportif de préparation de 5 jours (mai-juin).
  • Rémunération (en fonction de l’activité) : de 1 521€ à 1 600€ / mois (BRUT)
  • Hébergement/Restauration : Avantages en nature
  • Déplacement : Remboursement partiel en début et fin de contrat (domicile / centre d’affectation)

Profil recherché : Étudiant.e à partir de la L2 STAPS, vous disposez d’un niveau de pratique confirmé et/ou d’une expérience d’encadrement dans l’une des activités : Escalade / VTT / Kayak / Voile / Golf / Glisse Urbaine.

Date de démarrage souhaitée : 3 juin 2019

Une opportunité de vous former à l’encadrement  de l’activité sportive que vous pratiquez le reste de l’année et qui fait partie de votre ADN.

Vous l’aurez compris un travail saisonnier qui n’attend plus que vous ! Une expérience unique au sein d’une structure accueillante : l’UCPA !

Pour candidater : rendez-vous ici
Pour tout autres renseignements : qsanz@ucpa.asso.fr