Projet de solidarité Covid-19, le bilan !

Le 17 mars  le président de la République, Emmanuel Macron annonçait le confinement national et donc la fermeture des universités afin de prendre les mesures sanitaires nécessaires face à la crise du Covid-19. Ainsi, à l’approche des examens, 70 000 étudiants en STAPS se sont retrouvés confinés.

Confinement et continuité pédagogique

L’urgence est alors l’accompagnement des étudiants, et assurer la poursuite de la formation. Les universités et doyens d’UFR adoptent la mise en place d’une continuité pédagogique en distancielMalgré les difficultés du début, de nombreuses innovations pédagogiques apparaissent.

Toutefois, une problématique se pose. La précarité étudiante, qui ne touche pas moins de 20 % des jeunes en temps normal, s’est vu grandement augmentée en cette période de trouble économique et social.  Un grand nombre d’étudiants déconnectés, sans accès à internet, en manque de matériel informatique, ou parfois en totale exclusion numérique n’avaient  pas les moyens financiers et matériels pour suivre l’enseignement dispensé. Cette réelle fracture numérique ne permettait donc pas l’égalité des chances. 

En tant qu’organisation de jeunesse, l’ANESTAPS a souhaité agir, avec la création du projet de solidarité Covid-19. Visant à venir en aide aux étudiants en STAPS rencontrant des difficultés sur l’accès au numérique, et financé par la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes)  et le CNP, le projet est lancé en Avril.

Marie

(photo ci-contre)

« Merci à l’ANESTAPS d’assurer à son échelle la continuité de mon cursus universitaire ! »

Amandine

 « Merci à l’ANESTAPS qui a très certainement sauvé ma dernière année d’étude, pour me permettre de faire un mémoire dans des conditions optimales. »

Sarah

«  Ce PC m’a permis de pouvoir passer mes examens sereinement, il me sert bien pour la bureautique, il est fluide, petit, léger donc pratique. Je remercie l’ANESTAPS »

L’heure du bilan ! 

Demandes effectuées

Ordinateurs distribués

%

Des demandes traitées

Ce sont 11 ordinateurs d’une valeur de 3000€ qui ont été commandés et livrés. Les étudiants ne pouvant pas profiter de ce projet ont rapidement été redirigés vers les fédérations territoriales ou les universités qui s’étaient également saisis de cette problématique afin de recevoir l’aide nécessaire.

Le BDE Limouzi STAPS avait également répondu à l’appel à projet de la FAGE afin de mettre en place localement un projet similaire. Les étudiants limousins ont donc été pris en charge par l’association locale.

 

Steven

« Avec son soutien, j’ai pu passer mes examens dans de meilleures conditions et envisager plus sereinement mon futur Master, merci l’ANESTAPS !»

Pauline

 «Merci pour cet ordinateur portable qui me permet de travailler dans de meilleures conditions »

Relancer le projet à la rentrée ? 

La crise sanitaire a modifié profondément le fonctionnement de l’enseignement supérieur. La rentrée universitaire de septembre et les mesures qui seront prises restent encore flous. La fracture numérique pourrait de nouveau se faire ressentir. L’occasion peut-être, pour l’ANESTAPS de reconduire le projet. De nouveaux moyens de financement devront alors être trouvés pour répondre à une demande encore forte.

Elhadj

« J’ai eu la chance d’être bénéficiaire d’un ordinateur de la part de l’ANESTAPS et ses partenaires. Cet ordinateur m’a extrêmement aidé pendant mes examens. Il m’a permis d’aller vite et de réaliser le travail demandé. J’avais des entretiens pour mes différentes candidatures au master, vues les circonstances exceptionnelles tout a été fait par visioconférence. Aussi, certaines épreuves d’examens étaient orales. Sans cet ordinateur, je n’aurai jamais pu les passer aux vues des circonstances car mon ancien ordinateur n’était pas équipé d’une webcam. Je vous en saurais, à jamais gré »

Des difficultés liées à la fracture numérique ? Envie de nous soutenir ? Contactez-nous !

1 + 6 =

Newsletter

L’ANESTAPS a lancé sa newsletter ! En t’abonnant, tu recevras tous les premiers mardi du mois la newsletter du mois.