01

« On ne peut partir qu'un an ! »

FAUX ! Avec ERASMUS +, on peut partir une année pour chacun des cycles d’études (Licence, Master, Doctorat), soit un maximum 36 mois. Sur une année universitaire, il n’est pas obligatoire de partir 2 semestres d’affilés: il est possible de partir étudier 3 mois, 6 mois ou encore 2 semestres.

02

« Partir en mobilité, c'est réservé à ceux qui ont les moyens ! »

FAUX ! Il existe de nombreuses bourses allouées aux étudiants qui partent étudier à l’étranger : la bourse sur critère sociaux du CROUS, l’Aide à la Mobilité Internationale (AMI, même pour les non boursiers), la Bourse ERASMUS, des bourses locales (région / département).

03

« Partir en mobilité à l’étranger, c’est comme une année de vacances ! »

FAUX ! La barrière de la langue, le changement de système d’enseignement et les examens à valider ne font pas oublier la réalité des choses. Mais n’enlevons pas pour autant, la richesse de cette expérience : c’est aussi l’occasion de profiter d’y être, et de découvrir une nouvelle culture.

04

« J’aurais du mal à valoriser mon séjour à l'étranger ! »

FAUX ! Grâce à la validation par équivalence d’ECTS, votre année à l’étranger est validée au même titre qu’une personne restée en France. Une expérience à l’étranger est également un plus dans un CV : capacité d’adaptation et maitrise d’une nouvelle langue.

05

« L’intégration se fait facilement ! »

VRAI ! Être un étudiant étranger dans une promo, c’est l’avantage d’être connu par tous les autres lors de la rentrée ! N’oubliez pas qu’il est toujours possible de participer à des évènements et des compétitions sportives universitaires et en club pour apprendre à connaitre les autres étudiants.

06

« Il faut un très bon niveau en langue pour partir ! »

FAUX ! C’est vrai, maîtriser un minimum la langue est un prérequis. Mais, la mobilité se préparant un an à l’avance, il faut saisir cette opportunité pour travailler : cours de langue, lectures et séries. Tous les moyens sont bons et partir à l’étranger est le meilleur moyen pour se perfectionner !

07

« Il existe peu d’échanges possible pour les STAPS »

FAUX et VRAI ! Cela dépend de l’université dans laquelle vous étudiez actuellement, si certaines n’ont que peu d’échanges proposés, d’autres comme l’UFR STAPS de Franche-Comté (Besançon) possèdent plus de 30 universités partenaires. Dans tous les cas, chaque UFR possède au moins une destination possible.

08

« Les cours sont dur à suivre ! »

FAUX et VRAI ! Il faut effectivement arriver à comprendre les cours dans la langue étrangère. Mais pour la plupart du temps, vous aurez moins de cours à suivre que les étudiants locaux, et les professeurs sont très ouverts pour les étudiants étrangers. N’hésitez pas à vous inscrire à des cours de soutien !

09

« Les démarches pour partir sont compliquées ! »

VRAI ! Ou, à défaut d’être compliquées, elles sont en tout cas très longues. Contrat d’étude, lettre de motivation et de recommandation, administratif : il faut prendre son mal en patience et réaliser un calendrier avec les grandes échéances pour ne pas les louper.

10

« Un ERASMUS vit toujours en collocation ! »

FAUX, mais pas tant que ça ! Nombreux sont les étudiants qui choisissent de vivre en collocation: c’est un bon compromis, tant niveau budget qu’intégration. Mais il se peut aussi que votre université d’accueil propose des logements étudiants (type logements CROUS).