MENU

Etudes

Sarah, Le Mans, filière EM, Canada

Les examens finaux ne ressemblent absolument pas à nos dissertations ou nos questions à développement, nos QCM d’anatomie… La première fois, l’examen surprend par sa « facilité » : QCM, vrai/faux, questions à réponses courtes, questions d’association… C’est différent mais l’enseignant ne cherche pas à remettre en question le travail de l’étudiant mais à le récompenser pour le travail accompli.

Ici pas de spécialité sportive, on a accès à un cours d’APS, le reste étant des cours plus théoriques (psychologie, sociologie, physio…) mais aussi par des cours plus professionnalisant comme « gestion de classe » que l’on retrouve moins en France…

A noter également qu’ici, les étudiants doivent acheter (en fonction des cours) des livres obligatoires ou les cahiers supports.

 

Nicolas, Toulouse, filière EM, Norvège

Les cours étaient beaucoup basés sur la pratique donc facilement accessibles. Mes matières étaient :

– frilftsliv : vivre en extérieur, des voyages de quelques jours dans la nature; didactique : tout en pratique et plus basé sur l’activité physique que sur un sport; PE : cours sur table autour du Sport et de ses liens avec la société; des pratiques sportives (CO, ski de fond, snowboard, patinage, floorball).

Toutes les matières sont évaluées en pratique à l’exception d’un oral, d’un dossier de type recherche et d’un autre de type expérience personnel.

Simon, Lyonnais, filière APAS, Mexique

Les cours ont été plutôt simples. L’enseignement mise beaucoup sur la pratique, parfois au détriment de la théorie. Pour les examens, cela dépends vraiment des profs. Certains font des QCM, d’autres demandent un compte rendu de chaque cours et les notent en guise d’examen final, et d’autres proposent un examen avec des questions ouvertes.

Mes cours étaient tous en espagnol. Mon niveau en arrivant était plutôt faible. Je connaissais le minimum pour survivre (compter, les jours de la semaine, un vocabulaire basique etc.). Le rythme des cours, ainsi que les exigences sont beaucoup moindre qu’en France, et grâce à la patience des prof et à l’aide d’autres élèves, j’ai pu suivre les cours sans trop de problèmes. Ma compréhension orale s’est améliorée très rapidement. Pour la rédaction cela a été plus long. Heureusement pour moi, au mexique les examens ne sont pas sous formes de longues rédactions!

Alexis, Besançon, filière ES, Belgique

J’ai suivis des cours d’entraînement et de management très bien enseignés, clairs et intéressants, avec des intervenants très compétents. Eramus m’a permis de choisir mes cours et d’orienter mes choix vers la préparation mentale et la psycho du sport, chose qui m’était impossible en restant à

Besançon.

 

Vicky, Toulouse, filière APAS, République Tchèque

Les cours étaient en anglais. Mais il y avait possibilité de prendre des cours de Tchèque pour apprendre la langue. L’anglais a été une barrière pour moi dans un premier temps, mais j’étais partie dans le but de l’améliorer et ceci a très bien fonctionné.

 

Tom, Toulouse, filière EM, Espagne

Les cours n’ont pas tous étés faciles à suivre. Cela dépendait du contenu, de la facilité de compréhension du vocabulaire et de mon expérience dans la matière (ce qui facilite énormément la compréhension). J’ai suivi des matières sportives (football, rugby,…), matières scientifiques (statistiques), matières littéraires (sociologie, histoire,..), matières spécifique à l’éducation (stage, programmation de l’enseignement,…).

Les cours sont très différents dans la forme comme dans le fond même si la matière se nomme comme en France.

Les approches sont différentes (moins de connaissances théoriques en Espagne mais beaucoup plus de cas concrets.