Archives La filière STAPS

Bywebmaster

L’Université pour tous, partout, à tout moment !

Dans le double objectif d’améliorer la réussite des étudiants, et de faire face à un afflux massif d’étudiants, l’Université Grenoble Alpes en collaboration avec l’Université Jean Monnet Saint Étienne, l’UNESS, la MIPNES et l’ANESTAPS se sont mobilisés.

 

“L’Université pour tous, partout, à tout moment” n’est pas un slogan accrocheur de campagne, mais une réalité qui a vu le jour à la rentrée 2018 avec la licence hybride modulaire et flexible.

 

 

Cette Licence Interuniversitaire Coopérative Expérimentale Numérique STAPS pour publics empêchés vient donner des éléments de solution pour répondre à un constat sombre de l’enseignement supérieur français.

Le projet LiCenSE repose sur le principe de l’amphi inversé, elle propose des cours magistraux sous forme de diaporamas commentés et de podcasts. Le reste du temps, les étudiants accèdent à des classes virtuelles (5h/semaine) avec une partie en présentielle.
 
L’objectif est d’organiser la formation autour des contraintes propres à chacun, de son projet extra-universitaire, sans l’entraver. Dans cette perspective, chaque étudiant est suivi par un enseignant-tuteur qui aménage la formation au regard des contraintes spécifiques de l’étudiant.

Rares sont les étudiants qui peuvent prétendre n’avoir raté aucun cours en amphi, non pas par manque d’intérêt pour l’enseignement mais simplement pour lassitude d’une méthode transmissive inadaptée. En transformant les enseignements sans interactions, les partenaires font le pari d’augmenter l’implication des étudiants dans leur formation et de redonner du sens aux cours en présentiels.

L’ANESTAPS milite depuis des années pour augmenter les capacités d’accueils pour permettre à chaque jeune d’accéder à la formation de son choix. Ces augmentations ne se reflètent pas dans une augmentation proportionnelle des taux de réussite. Ce constat révèle d’une diminution de la qualité des conditions d’enseignements.

Depuis 2014, l’utilisation avant-gardiste de la pédagogie inversée par l’Université Grenoble-Alpes a montré des résultats encourageants. L’ANESTAPS rappelle au gouvernement la nécessité d’investir dans les pédagogies innovantes pour permettre de démocratiser l’enseignement supérieur, mais surtout permettre d’adapter les approches pédagogiques à chaque étudiant pour permettre une augmentation de la réussite de tous.

 

Plus d’informations sur la LICenSE STAPS Hybride Parcours Entrainement Sportif : https://license.uness.fr

Bywebmaster

Le sport, “ l’école (privée) de la vie ”

Il y a un an, la France se réjouissait de remporter l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024. Cette annonce était une réelle opportunité d’aboutir à un héritage global et mettre en lumière un système perfectible de formation dans le champ du sport. Aujourd’hui, cette opportunité prend, malheureusement, la forme d’une école privée, Paris School of Sports.

 

Consciente des enjeux, la filière universitaire STAPS fait l’effort depuis plusieurs années d’augmenter ses capacités d’accueil pour permettre à un maximum de jeunes d’acquérir les compétences nécessaires pour travailler dans les métiers du sport. Sous financée, comme une majeure partie des formations universitaires, les formations STAPS ont toujours lutté dans l’optique d’un service public qui permet la démocratisation de l’enseignement supérieur.

 

C’est dans ce contexte, où les inégalités sociales sont encore trop présentes, que l’ANESTAPS et la C3D s’indignent devant la création de l’école privée “Paris School Of Sport” co-fondé par Teddy Riner, co président du comité des athlètes Paris 2024.

Considéré comme le plus grand judoka du monde et animé par des valeurs fortes, Teddy Riner a toujours su promouvoir l’accès au sport pour tous. Qu’en est-il de l’accès aux formations privées dans lesquelles s’opèrent une sélection sociale ? Paris School Of Sport propose des certifications à hauteur de 8.000 € l’année, sans aides sociales qui vont par conséquent s’adresser à « tous les n°1 » sur l’échelle sociale.

 

Soutenue par des professionnels du sport reconnus et compétents, cette école principalement créée en vue des JOP 2024 détient indéniablement un véritable réseau. Pour autant, elle vient accentuer les barrières et déterminismes sociaux en proposant des services à une population privilégiée. Ces mêmes services ne sont pas toujours accessibles par la voie universitaire, et viennent s’interposer face aux rêves de nombreux étudiants en STAPS.

 

Cette formation est un exemple de plus qui illustre le phénomène de privatisation de notre système d’enseignement supérieur. Plus de 20% des étudiants sont aujourd’hui dans le privé, un véritable aveu d’échec de notre système éducatif public.

 

L’ANESTAPS et la C3D lancent un cri d’alerte auprès du gouvernement, si le manque de financement et d’attractivité persistent, c’est tout notre système éducatif qui est voué à s’éteindre. Nous rappelons la nécessité d’investir 1 Milliard d’euros par an dans l’enseignement supérieur pour faire face à l’augmentation du nombre d’établissements privés qui a doublé en 20 ans. Parallèlement aux problématiques budgétaires, il est primordial de professionnaliser notre système d’enseignement supérieur en tendant vers une véritable approche par blocs de compétences pour permettre une lisibilité et développer des liens forts avec le monde socioprofessionnel. La mise en place et le développement des conseils de perfectionnement au local et du conseil national sectoriel à l’échelle nationale va dans ce sens.

Contacts presse : 

Mathias GOASMAT                                 Didier DELIGNIERES                                  Orlane FRANÇOIS

Président de l’ANESTAPS                       Président de la C3D                                             Présidente de la FAGE

06 81 29 98 28                                           06 89 41 98 79                                                      06 86 63 41 44

presidence@anestaps.org                      didier.delignieres@umontpellier.fr                 orlane.francois@fage.org

 

Communiqué de Presse – PDF

Bywebmaster

Les STAPS contrariés : le sport, véritable “parcours” du combattant !

À l’heure où les annonces s’enchaînent, l’ANESTAPS s’inquiète. Les premiers néo-bacheliers viennent d’effectuer leur rentrée dans de nombreux UFR et le constat est sans appel :  la filière STAPS reste l’une des filières les plus attrayantes.

 

Les procédures initiales et complémentaires d’affectation des jeunes se sont terminées et l’ANESTAPS constate encore la difficulté pour certains d’entrer en formation dans le sport. En cause : des amphithéâtres surchargés empêchant les néo-bacheliers de bénéficier de places assises, mais aussi un manque de moyens alloués sur le terrain et directement au niveau des structures de formation dans le sport. Pire encore, cette année, des milliers de jeunes n’ont pas pu accéder à la formation de leur choix. C’est le cas par exemple des plus de 10 000 demandes pour 466 places en formation du ministère des sports (BPJEPS).

 

Pour cette rentrée 2018, les étudiants du réseau de l’ANESTAPS ont exigé un réel fléchage de moyens pour permettre d’ouvrir 3100 places supplémentaires en Licence ( dont 358 en DEUST*) avec la création de 110 postes dans une seule optique : démocratiser la formation dans le secteur du sport. L’objectif est encore loin d’être atteint car plusieurs milliers de jeunes n’ont pas eu accès aux études de STAPS, et parallèlement les classes préparatoires privées se sont multipliées, contraignant ainsi ces étudiants à accepter une place, moyennant plusieurs milliers d’euros.

 

Le Gouvernement, par le biais de trois Ministres, avait alors annoncé la création d’une filière professionnelle. L’ANESTAPS rappelle la nécessité d’un travail global sur les différents systèmes de formation dans le champ du sport à destination de l’intérêt général. Cette articulation avait pour objectif initial de répondre aux enjeux liés à la sécurité publique, à la santé des citoyens, à la citoyenneté, à la mixité et à la pratique sportive pour le plus grand nombre. La noyade reste la première cause de mortalité chez les enfants (1 sur 3 cet été). Ceci est partiellement dû à un manque crucial d’accessibilité à la pratique sportive mais également à une pénurie de personnes formées à l’encadrement dans ce milieu.

 

Rappelons-nous, le 13 septembre 2017, la France se faisait une joie de remporter la l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024, réelle opportunité pour un héritage sportif global. Néanmoins, les financements du sport sont à la baisse, associés à la suppression des contrats aidés, et à la potentielle suppression des 1600 cadres du Ministère des Sports (soit 60% des effectifs) qui désarment complètement les clubs amateurs, réels acteurs du service public de proximité. De plus, les postes de professeurs d’EPS, qui incarnent le premier service public pour l’accès à une pratique sportive, diminuent de 20%.

Comment atteindre l’objectif de 80 médailles annoncé et le soutien aux clubs amateurs, principaux tremplins du sport professionnel ? Comment atteindre l’objectif du Président de la République de 3 millions de pratiquants sportifs en France ?

 

L’ANESTAPS s’inquiète grandement sur l’orientation et l’insertion professionnelle des futurs encadrants et professionnels du sport en France qui en sont des acteurs incontournables.

L’ANESTAPS demande au gouvernement de revoir sa copie, et ses priorités dans l’intérêt des jeunes et des citoyens, des clubs et de la politique publique sportive en France pour ne laisser aucun individu sur le banc de touche.

Enfin le réseau l’ANESTAPS forte de ses 70 264 étudiants apporte son soutien au Comité National Olympique et Sportif Français et à l’ensemble des Fédérations Sportives et appelle l’ensemble des jeunes à signer la pétition car … #LeSportCompte

 

Mathias GOASMAT

presidence@anestatps.org

06 81 29 98 28

Communiqué de presse en version PDF CDP ANESTAPS – 25:09:18

LIEN DE LA PÉTITION : Pétition CNOSF

Bywebmaster

Coût de la rentrée 2018

Retrouvez le 8ème indicateur du Coût de la rentrée 2018 – ANESTAPS ! 

 

Contact :

Mathias GOASMAT

Président de l’ANESTAPS

presidence@anestaps.org

06 29 64 10 77

Bywebmaster

Dispositif d’accompagnement ParcourSup – ANESTAPS

Depuis le 22 janvier maintenant, les futurs bacheliers inscrivent leurs voeux sur Parcoursup pour candidater et se préparer à l’enseignement supérieur.

L’application de cette plateforme votée à l’assemblée nationale le 8 mars 2018 dans le cadre de la Loi sur l’Orientation et la Réussite des Étudiants (ORE) aura suscité de nombreux débats. Ainsi ce mardi 22 mai 2018 sonne l’heure du lancement des premières réponses des voeux choisis par les jeunes : Oui, Oui si, classé par les universités, et en attente par ParcourSup …

Comme depuis quelques années, l’ANESTAPS s’inquiète pour la filière STAPS, principale filière en tension, souffrant d’un cruel manque de places alors que les demandes d’admissions sont toujours en hausse…  Lors de la dernière rentrée, c’est plus de 10 000 jeunes qui n’ont pas pu accéder à la filière de leur choix, pour la rentrée 2018/2019, 3000 places ont été débloquées mais la question reste la même… Ces 3000 places seront-elles suffisantes pour laisser le jeune obtenir la formation de son choix ?

La Ministre l’a annoncé publiquement : “Chaque jeune aura accès à la formation de son choix“. L’ANESTAPS, seule et première organisation représentative des étudiants en STAPS, mettra tout à contribution pour que les engagements du gouvernement s’avèrent vrais en donnant à tous l’accès à l’enseignement supérieur ainsi qu’à la formation de son choix et notamment en STAPS.

Afin d’aider les jeunes dans ces démarches complexes, l’ANESTAPS sort son dispositif d’accompagnement. L’objectif étant de pouvoir répondre aux différentes interrogations, d’orienter mais également faire le lien entre les jeunes et les différents acteurs de ce processus.

 

Pour compléter cette aide, une vidéo explicative revient sur les différentes démarches et étapes obligatoires du dispositif Parcoursup :

 

De plus, nous invitons les jeunes qui souhaitent être contacté par l’Association Nationale des Etudiants en STAPS à répondre à ce questionnaire. Celui-ci permettra d’effectuer un suivi personnalisé tout au long de la période de validation des voeux par les établissements, ainsi que pendant la phase complémentaire d’admission.

> > > Dispositif d’accompagnement spécialisé  < < <

En cas d’urgence une adresse mail dédiée existe: sosparcoursup@anestaps.org

 

Bywebmaster

Modalités pour la campagne d’admission des MASTER STAPS 2018-2019 !

Le mois de Mai est souvent synonyme de début et fin de partiels, pour certains étudiants en fin de licence, c’est le début d’une nouvelle vie dans le monde professionnel qui les attend, pour d’autres c’est le moment des inscriptions en Master pour leur poursuite d’étude.

Depuis la rentrée 2017, une sélection à l’entrée du M1 a été créé, faisant disparaître celle existante entre le M1 et le M2. Mais la poursuite d’étude est un droit ! En cas de plusieurs refus, une procédure est désormais disponible pour vous trouver une place dans un autre Master.

L’ANESTAPS répond présente pour vous informer au mieux sur cette démarche et vous présentera tous les choix de Master en STAPS qui s’offrent à vous !

Pour bénéficier de ce droit à la poursuite d’étude vous devez :

  • Avoir obtenu votre licence il y a moins de 3 ans

  • Avoir envoyé au moins 3 candidatures pour une admission en M1

  • N’avoir obtenu que des refus dans toutes vos candidatures et présenter un justificatif daté de refus de l’établissement

 

C’est une procédure qui n’est pas automatique, c’est à vous de contacter le recteur de votre région académique via www.trouvermonmaster.gouv.fr qui doit vous proposer en priorité une formation dans l’établissement dans lequel vous avez validé votre licence. Si ce n’est pas possible il doit vous proposer au moins 3 Master dont 1 obligatoire dans votre Académie (Octobre au plus tard). Les délais sont très courts :

  • Se manifester dans les 2 semaines suivant la date de validation de votre licence si vous avez déjà reçu tous vos refus en Master

  • Se manifester dans les 2 semaines suivant le dernier refus s’il apparaît après la validation de votre Licence.

  • Vous avez 2 semaines pour accepter ou refuser les propositions du recteur qui essayeront d’être le plus proche du domaine d’étude visé.

 

Pour trouver votre Master STAPS, n’hésite pas à faire un tour sur notre cartographie ↓↓↓

 

Bywebmaster

Inclusion des étudiants de 3ème année de Licence, parcours APA-S au sein de la SFP APA !

Communiqué SFP-APA – ANESTAPS 

Inclusion des étudiants de 3ème année de Licence, parcours APA-S

au sein de la Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée

S’adressant initialement exclusivement aux professionnels titulaires à minima d’un diplôme STAPS Activité Physique Adaptée et Santé de niveau Licence ou Master, la Société Française des Professionnels en Activité Physique Adaptée (SFP-APA) s’ouvre désormais également aux étudiants de Licence STAPS du parcours APA-S.

Crée en 2008, la SFP-APA est une association formée par et pour les professionnels qui s’intéressent au développement de l’Activité Physique Adaptée dans les domaines de la santé et du handicap.

La SFP-APA regroupe aujourd’hui plus de 1000 membres sur l’ensemble du territoire national.

Aujourd’hui, la SFP-APA articule ses missions autour :

  1.     de la promotion de l’Activité Physique Adaptée pour l’ensemble de la population et en particulier en faveur des personnes en situation de handicap ou à besoins spécifiques ;
  2.     du développement de la profession et sa reconnaissance dans les secteurs médico-social, social et sanitaire en faisant connaitre et en valorisant le métier d’Enseignant en Activité Physique Adaptée auprès des pouvoirs publics, des employeurs, des autres professions organisées, mais aussi du grand public ;
  3.     de la volonté de se faire reconnaître en qualité de corporation de référence en participant aux groupes de travail sur les questions de la santé et de l’activité physique et la production de recommandations et référentiels d’expertise en APA ;
  4.     de l’organisation et de l’animation d’un réseau national de professionnels en APA afin de fédérer en favorisant les échanges inter et intra professionnels.

Avec l’inclusion des futurs professionnels en APA en formation, la SFP-APA désire faciliter leur insertion professionnelle et le développement de leurs compétences en les soutenant dans leurs projets et initiatives. C’est aussi pour eux un excellent moyen d’avoir accès à un réseau facilitant la rencontre et les relations avec les étudiants d’autres universités et des professionnels déjà en poste par les rencontres des comités régionaux et une meilleure orientation vers des formations complémentaires.

Pour intégrer la SFP-APA l’étudiant doit fournir au pôle adhésion de la SFP-APA un certificat de scolarité attestant de son inscription en 3ème année de STAPS parcours APA-S pour l’année universitaire en cours et payer une cotisation de 10 euros. Une fois son adhésion acceptée par la SFP-APA, l’étudiant en 3ème année de STAPS parcours APA-S possède le statut de « membre étudiant » pour une durée d’un an. Le membre étudiant possède les mêmes droits que le membre actif de l’association sauf qu’il ne peut prétendre à un poste au sein du conseil d’administration.

Bywebmaster

Postes CAPEPS 2018 : contradiction ou stratégie ?

 

                                                                                                                                                                Paris, le 30 Novembre 2017

Le nombre de postes offerts au concours de recrutement de professeurs d’EPS pour la session 2018 vient d’être publié.

Si les postes annoncés pour le concours interne restent stables, ceux du concours réservé connaissent une augmentation liée à l’échéance 2018 de ce format. Le CAPEPS externe connaît lui un lourd effondrement de plus de 21% des postes offerts. Tandis que depuis deux ans les places augmentent légèrement c’est une rupture nette avec cette diminution de 170 places. De plus 5004 candidats se sont inscrit au CAPEPS 2018, c’est 195 de plus qu’en 2017.*

 

Pour l’ANESTAPS, le SE-UNSA et le SGEN-CFDT, c’est l’incompréhension la plus totale !

 

Nous ne pouvons que nous étonner de la contradiction entre ces chiffres et les annonces de Jean Michel Blanquer sur le plan Génération 2024 et son incessante promotion du « sport à l’école » censés mobiliser un grand nombre d’enseignants d’EPS notamment dans le cadre de la création de 1000 sections sportives.

 

De plus ce ne sont pas moins de 20.000 jeunes qui entreront dans le secondaire à la rentrée 2018 et nous connaissons tous la nécessité de l’éducation par la pratique physique et sportive. Le gouvernement compte-t-il sur une augmentation de la contractualisation compte tenu des besoins déjà existant de professeurs d’EPS ?

 

Et que dire des récentes annonces des JO de Paris 2024, de la coupe du monde de rugby 2023 représentant la France comme nation sportive. Si l’État reconnaît réellement la plus-value des APS comme vecteur de lien social, de bien-être et de santé, permettant notamment de lutter contre la sédentarité, pourquoi porter une telle atteinte à l’EPS ?

 

Nous pouvons voir également au travers de cette contradiction une volonté politique, celle de dissuader les étudiants d’entamer ou de poursuivre un cursus en STAPS, l’une des trois filières en tension dans la capacité à accueillir tous les bacheliers.

 

Le SE-UNSA et le SGEN-CFDT s’associent à l’ANESTAPS pour rappeler la nécessité d’un réel plan de recrutement pluriannuel comme dicté par le code de l’Éducation L911-2.

Signez la pétition de l’ANESTAPS et des étudiants en Master MEEF : Pétition ANESTAPS – Postes au CAPEPS

Contact presse : 

Mathias GOASMAT – Président – 06 81 29 98 28 – president@anestaps.org

Bineta NDIAYE – Attachée de presse – 01 56 41 51 10 – 06 42 20 18 81 – atdepresse@sgen.cfdt.fr

 

*https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036108887&dateTexte=&categorieLien=id

*http://www.devenirenseignant.gouv.fr/cid98448/calendrier-des-concours-de-recrutement-d-enseignants-du-second-degre-de-la-session-2016.html

Bywebmaster

FERMETURE DES MASTERS MANAGEMENT DU SPORT à NICE

Dans le contexte actuel, 2 formations sont disponibles à l’Université de Nice Sophia Antipolis dans le domaine de la gestion des organisations et des activités sportives. Il s’agit des cursus intitulés Master Management du Sport Entreprenariat et Evénementiel Sportif proposé par l’IAE de Nice, et le Master Management des Services du Tourisme Sportif par l’UFR STAPS de Nice. Ces deux parcours offrent des débouchés au sein d’un secteur en pleine croissance puisque ce domaine connaîtra un essor de 20% d’ici à 2020 selon France Stratégie. La France, terre d’accueil de grands événements sportifs internationaux, notamment les Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024, a besoin de ces cursus qui sont destinés à former ces professionnels du sport qui travaillent sur ces différents événements telles que ces 2 formations universitaires.

 

C’est pour cette raison que les associations étudiantes Sport’IAE, Initiative STAPS Nice, BDE IAE Nice et la Corpo STAPS Nice, soutenues par l’ANESTAPS et la FACE 06, s’indignent de la fermeture de ces 2 formations à l’horizon de la rentrée 2018 et s’interrogent également quant à la volonté politique de fermer ces Masters au regard du contexte précédemment évoqué.

 

La formation STAPS – Management des Services du Tourisme Sportif est la seule en France à proposer la compétence Sport – Tourisme ce qui confère un rayonnement national et international à l’UFR STAPS et plus largement à l’Université de Nice Sophia Antipolis. Ce diplôme correspond parfaitement aux souhaits du gouvernement de calquer les formations sur le milieux et l’environnement socio-économique territorial. Comment peut-on fermer ce Master lorsque l’on mesure les enjeux économiques liés au tourisme à Nice et sur la Côte d’Azur ? (Nice est la ville française dans laquelle les touristes étrangers passent le plus de temps – selon une enquête réalisée par Atout France)

 

Pour autant, il est annoncée que la rentrée 2018 s’effectuera sans ces 2 Masters.

La seule option proposée aux étudiants souhaitant bénéficier d’une formation dans ce domaine est le Master de l’école privée et payante AMOS : Master Management des Organisations Sportives.

Ce parcours, ouvert à Nice depuis la rentrée 2016 seulement, non reconnu par l’Etat, ne semble pas être en mesure d’assurer un droit à la poursuite d’études pour l’ensemble des étudiants concernés par le domaine du Management du Sport dans le second cycle. En effet, cette unique solution offerte aux étudiants met en place une sélection implicite sur le critère des ressources économiques.

 

Une semaine après l’annonce du Plan Etudiants, nous nous indignons de la privatisation de la formation dans le secteur du Management du Sport dans le département.

Désireuses de conserver au moins une formation publique et reconnue dans ce domaine au sein de l’Université Nice Sophia Antipolis, les associations étudiantes demandent l’organisation d’un temps d’échange et de concertation entre les parties en y intégrant les étudiants, premiers touchés par ces décisions.

Cette démarche vise à faire émerger une solution qui s’inscrive dans la volonté gouvernementale du droit à la poursuite d’études sans discrimination socio-économique, en prenant en considération les problématiques rencontrées par les établissements concernés.

 

Contact presse :

Matthieu AIMAR – 06 33 95 32 81

Bywebmaster

Modalités pour la campagne d’admission des MASTER STAPS 2018-2019 !

Le mois de Mai est souvent synonyme de début et fin de partiels, pour certains étudiants en fin de licence, c’est le début d’une nouvelle vie dans le monde professionnel qui les attend, pour d’autres c’est le moment des inscriptions en Master pour leur poursuite d’étude.

Depuis la rentrée 2017, une sélection à l’entrée du M1 a été créé, faisant disparaître celle existante entre le M1 et le M2. Mais la poursuite d’étude est un droit ! En cas de plusieurs refus, une procédure est désormais disponible pour vous trouver une place dans un autre Master.

L’ANESTAPS répond présente pour vous informer au mieux sur cette démarche et vous présentera tous les choix de Master en STAPS qui s’offrent à vous !

Pour bénéficier de ce droit à la poursuite d’étude vous devez :

  • Avoir obtenu votre licence il y a moins de 3 ans

  • Avoir envoyé au moins 2 candidatures pour une admission en M1

  • N’avoir obtenu que des refus dans toutes vos candidatures et présenter un justificatif daté de refus de l’établissement

 

C’est une procédure qui n’est pas automatique, c’est à vous de contacter le recteur de votre région académique via www.trouvermonmaster.gouv.fr qui doit vous proposer en priorité une formation dans l’établissement dans lequel vous avez validé votre licence. Si ce n’est pas possible il doit vous proposer au moins 3 Master dont 1 obligatoire dans votre Académie (Octobre au plus tard). Les délais sont très courts :

  • Se manifester dans les 2 semaines suivant la date de validation de votre licence si vous avez déjà reçu tous vos refus en Master

  • Se manifester dans les 2 semaines suivant le dernier refus s’il apparaît après la validation de votre Licence.

  • Vous avez 2 semaines pour accepter ou refuser les propositions du recteur qui essayeront d’être le plus proche du domaine d’étude visé.

 

Pour trouver votre Master STAPS, n’hésite pas à faire un tour sur notre cartographie ↓↓↓