Archives Actualités

Bywebmaster

2ème Salon Studyrama à Paris le 14 novembre

TH_Sport_Paris_3477_728x90

Le samedi 14 novembre a lieu la 2ème édition du Salon Studyrama des Formations et Métiers du Sport à Paris. L’ANESTAPS sera présente lors de ce Salon pour rencontrer les jeunes qui souhaitent s’orienter vers la filière STAPS, répondre à leurs questions et ainsi les diriger vers la formation adapté à l’envie professionnel des jeunes.

 

Bywebmaster

La FFSU présente au renouvellement de la FISU !

Ces 7 et 8 novembre, le sport universitaire mondial se rassemblait à L’Université de Lausanne pour l’Assemblée Générale. Cette année, après le mandat du français Claude-Louis Gallien à la tête la Fédération Internationale du Sport Universitaire (FISU) pendant quatre ans, les 170 fédérations nationales adhérentes ont élu un nouveau Comité Exécutif et un nouveau président pour quatre années.

Le Président sortant Claude-Louis Gallien se présentait face à son ancien premier vice-président, Oleg Matytsin, et ce dernier a été élu à une large majorité, saluant en même temps le travail effectué par son prédécesseur. A cette assemblée générale, La Fédération Française du Sport Universitaire (FFSU) était présente avec son président Jean-François Sautereau.

Aujourd’hui le sport universitaire repart donc avec une nouvelle équipe pour promouvoir et faire vivre le sport universitaire à l’international.

En ce début d’année universitaire, l’ANESTAPS a à cœur de rappeler l’importance de la FFSU au sein du paysage de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Sa promotion de la double excellence illustrée par une réussite universitaire et sportive anime cette fédération qui a pour objectif :

  • Organiser et promouvoir le sport de compétition
  • Représenter la France à l’International
  • Délivrer les titres de champion de France et académique
  • Faciliter la conciliation entre pratique sportive et poursuite des études
  • Développer et renforcer les relations avec les fédérations nationales
  • Former des dirigeants, des juges et des arbitres

Les étudiants peuvent donc se rapprocher des Comités Régionaux (CRSU) et des Associations Sportives en ce début d’année pour tout renseignement sur l’agenda sportif de l’année.

http://www.sport-u.com

http://www.fisu.net

FFSUFISU_logo

Bywebmaster

[Communiqué] Bilan et orientations du congrès de rentrée de l’ANESTAPS

Le lundi 26 octobre
Communiqué de presse

Bilan et orientations du congrès de rentrée de l’ANESTAPS


 

Du 22 au 25 Octobre 2015, avait lieu le 33e congrès national de l’Association Nationale des Étudiants en STAPS, fédération membre de la FAGE. Outre la tenue de plus de 60 heures de formations, ce congrès a été l’occasion pour les 200 congressistes présents d’échanger sur toutes les actions qui ont été menées cette année, et tout ce qui reste à parcourir pour l’avenir de la filière.

Pour la première fois en 16 années d’existence, l’ANESTAPS a eu la chance d’accueillir Monsieur Thierry BRAILLARD, secrétaire d’Etat aux sports, lors de la table ronde sur « la place du sport dans les politiques régionales Françaises ». De nombreuses questions ont été posées par les étudiants à Monsieur Braillard, quant aux difficultés que rencontrent aujourd’hui les jeunes souhaitant suivre une formation dans le champ du sport. Des promesses ont ainsi été faites concernant la participation de l’ANESTAPS aux réflexions qui seront menées sur les formations du sport.

L’assemblée générale a élu à la majorité absolue l’équipe emmenée par Bréwal Soyez–Lozac’h et a pu arrêter les orientations de l’ANESTAPS pour la mandature 2015-2016 :

  • Agir sur l’orientation et l’insertion professionnelle des jeunes par le biais de la mise en place de la clarification de l’offre des formations sportives
  • Collaborer avec toutes les institutions sportives, et démontrer que les étudiants en STAPS sont les acteurs privilégiés des discussions relatives au sport et à l’organisation du sport en France et en Europe
  • Agir sur l’environnement socio-économique qui nous entoure et être acteur du développement de la citoyenneté chez les jeunes

 

Le nouveau bureau national 2015-2016 est composé de :

Bréwal SOYEZ-LOZAC’H, Président (Brest)
Julien MEYKERQUE, 1er Vice-président en charge de la représentation étudiante (Nancy)
Margaux INIZAN, Secrétaire Générale (Avignon)
Guillaume GARCION, Trésorier (Brest)
Arielle SALMON, Attachée de presse (Caen)
Adèle DEBAST, Vice-présidente en charge de la communication (Lille)
Dimitri PECOUT, Vice-président en charge des affaires académiques (Toulouse)
Orlane FRANÇOIS, Vice-présidente en charge de la démocratie étudiante et du suivi des élus (Nancy)
Salomé LEBAS, Vice-présidente en charge de l’innovation sociale (Grenoble)
Laura BERNARDI, Chargée de mission JNSH (Nice)
Lionel RUIZ, Vice-président en charge de la Jeunesse et des Sports (Avignon)
Charlotte BRONNER, Chargée de mission Sport Universitaire (Rouen)
Nils AÏNAS, Chargé de mission des grands évènements sportifs (Lyon)
Guillaume BRUSQ, Vice-président en charge de la Formation et de l’Education Populaire (Chambéry)
Romain PLEIGNET, Vice-président en charge du développement des partenariats et du suivi des évènements (Grenoble)
Luc CHARLES, Chargé de mission Orientation et Insertion professionnelle (Lyon)
Adrien FORESTIER, Chargé de mission Entreprenariat (Lyon)
Julia MILTENBERGER, Chargée de mission affaires juridiques (Strasbourg)
Emmanuelle LE COANT, Chargée de mission Solidarité Internationale (Rennes)
Guillaume CHEVANCE, Chargé de mission APAS et 3ème cycle (Montpellier)
Kévin WURTZ¸ Chargé de mission réseau Ile de France (Orsay)

 

Contact presse :
Bréwal SOYEZ–LOZAC’H
06.34.01.64.55 – president@anestaps.org

Télécharger ici le communiqué

Bywebmaster

Sport et élections régionales : L’ANESTAPS donne le coup d’envoi !

Du 22 au 25 octobre 2015, plus de 200 étudiants en STAPS de toute la France se retrouveront à Reims pour le 33ème Congrès de l’Association Nationale des Étudiants en STAPS.

Le Congrès de rentrée de l’ANESTAPS est l’occasion pour les associatifs en STAPS de se retrouver pour se former, échanger et débattre sur l’avenir de la filière STAPS et les projets mis en place au sein de leurs associations.

Celui-ci sera également l’occasion de l’élection du nouveau Bureau National pour l’année universitaire 2015 – 2016.

Il sera surtout marqué par la tenue d’une table ronde, organisée par le think tank Sport et Citoyenneté et l’ANESTAPS, autour des futures élections régionales, avec la présence de nombreux partis politiques et la venue exceptionnelle du Secrétaire d’Etat aux Sports, Monsieur Thierry Braillard.

 

Retrouvez l’invitation officielle à cette table ronde :

logo avec base line

 

Le think tank Sport et Citoyenneté et l’ANESTAPS vous invitent à prendre part à la table ronde :

« La place du sport dans les politiques régionales françaises »

Vendredi 23 octobre 2015

De 14h à 16h30

Campus Moulin de la Housse – Chemin des Rouliers – 51100 Reims

A la veille des élections régionales (6 et 13 décembre 2015) et au lendemain des manifestations du 23 septembre qui ont amener près de 10.000 étudiants STAPS dans la rue, il parait essentiel de nous interroger sur la place qui est donnée au sport dans les politiques régionales.

En présence de M. Thierry Braillard, Secrétaire d’Etat aux sports, de candidats aux prochaines élections régionales et des étudiants STAPS, cette table ronde sera l’occasion d’échanger autour des questions de formation, d’organisation territoriale et d’emplois concernant les filières sportives en France.

Nous espérons pouvoir vous compter parmi nous.

ByLaurent Beauvais

Réponses à l’ANESTAPS quant aux mobilisations étudiantes STAPS !

Ce Mercredi 23 septembre, à l’appel de l’ANESTAPS, membre de la FAGE, c’est 1 étudiant sur 5 de la filière, soit près de 10 000 étudiants, qui ont pu exprimer leur mécontentement et leur colère quant à la situation critique du paysage de l’offre de formation universitaire.

L’ANESTAPS a obtenu des ministères que soit ouverte une concertation au sujet d’une réforme de fond sur les formations dans le champ du sport et afin de donner une lisibilité à l’ensemble des formations proposées.

Cette réforme devra se traduire par des efforts en terme de moyens financiers, relatifs au budget des universités, par le gouvernement et le fléchage de ce budget cohérent avec les attentes de chaque composante. 

De plus, il est aujourd’hui nécessaire que l’ensemble des acteurs concernés par les formations dans le champ du sport se rapprochent et travaillent ensemble afin que chaque étudiant qui souhaite construire son projet professionnel dans le domaine du sport puisse avoir accès à des informations claires et précises concernant les formations à sa disposition, en fonction des compétences développées par celles-ci et soit orienté de manière éclairée.

Les étudiants STAPS par l’intermédiaire de leurs associations ont pu déjà obtenir des fléchages de quelques postes supplémentaires, et des discussions entre les acteurs, mais il est nécessaire d’obtenir des actions concrètes et d’ampleur de la part du gouvernement.

L’ANESTAPS sera reçue par le Ministère des Sports et le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour travailler sur la mise en place d’une possible réforme dans les formations dans le champ du sport, qui nécessitera un travail de longue haleine en vue d’améliorer la situation à la rentrée 2016. Elle sera également reçue par la Conférence des Présidents d’Université demain matin (Jeudi 24 septembre) afin de faire un point global sur l’état des universités entraînant un dysfonctionnement dans les composantes STAPS.

L’ANESTAPS et son réseau d’associations resteront mobilisés tant que leurs revendications n’auront pas été entendues et des efforts n’auront pas été annoncés. C’est donc maintenant aux pouvoirs publics d’apporter des réponses et des solutions aux problématiques relatives à la filière STAPS, sans quoi celle-ci risque de disparaître.

Bywebmaster

Rentrée 2015… Attention aux dérives !

En ce 1er septembre, de nombreux bacheliers s’en vont découvrir les joies de l’enseignement de l’enseignement supérieur. Septembre est souvent synonyme de rentrée dans les universités françaises. Et qui dit rentrée, dit soirées, pots de bienvenue, barbecues, semaine d’intégration, etc. Les événements sont nombreux pour accueillir et souhaiter la bienvenue aux nouveaux. Mais attention aux dérives ! Le bizutage est malheureusement encore d’actualité en 2015.

Ce premier mois dans l’enseignement supérieur pour les néo-bacheliers, et placée sous le signe de la découverte de l’université et de la filière STAPS. Mots d’accueil, soirées, tournois sportifs, journée d’intégration… Les actions réalisées pour accueillir les nouveaux étudiants sont de plus en plus nombreuses, mais parfois, celles-ci dépassent encore les limites mises en place par les universités.

L’ANESTAPS, agissant quotidiennement avec ses associations adhérentes sur les campus, par ses actions de prévention, de citoyenneté et de solidarité, tient à rappeler le cadre juridique auprès des étudiants STAPS, pour lutter contre toutes formes de bizutage.

En effet, L’article 225-16-1 du Code pénal définissant le délit de bizutage est clair : « Hors les cas de violences, de menaces ou d’atteintes sexuelles, le fait pour une personne d’amener autrui, contre son gré ou non, à subir ou à commettre des actes humiliants ou dégradants lors de manifestations ou de réunions liées aux milieux scolaire et socio-éducatif est puni de 6 mois d’emprisonnement et de 7500€ d’amende« .

Cette infraction est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende lorsqu’elle est commise sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de son auteur.

Les personnes n’ayant pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n’ont pas pris les mesures permettant de l’éviter, sont également responsables pénalement.

Des poursuites disciplinaires peuvent être engagées à l’égard des auteurs des faits (cela peut aller jusqu’à l’exclusion temporaire ou définitive des étudiants) et des personnels s’ils ont encouragé ou facilité le bizutage ou s’ils ne sont pas intervenus pour l’empêcher.

Afin de lutter contre ce phénomène, l’ANESTAPS est signataire de la charte des soirées responsables la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE), dont elle est membre. L’objectif de cette campagne est de prévenir les abus liés aux situations d’intégration de début d’année, chez les jeunes, par la mise en place d’actions de sensibilisation en :

  • Formant les organisateurs d’évènements
  • Valorisant les comportements responsables
  • Sensibilisant aux valeurs citoyennes et éthiques

L’ANESTAPS tient également à souhaiter une nouvelle fois une très bonne rentrée, et une très belle année universitaire à tous les étudiants en STAPS, que vous soyez en L1 ou en doctorat !

Bywebmaster

STOP aux sélections dans les cycles d’études en STAPS !

Avec la clôture d’Admission Post-Bac, ce ne sont pas moins de 788 000 candidats qui sont en cours d’inscription dans l’Enseignement Supérieur. Malheureusement pour certains d’entre eux, plusieurs méthodes abusives de sélection fonctionnent encore à l’entrée de certaines formations, et ce particulièrement à l’entrée en STAPS. L’Association Nationale des Etudiants en STAPS réaffirme sa volonté de permettre à chaque jeune de pouvoir entrer dans un parcours de formation dans le champ du sport en favorisant son choix de manière éclairée.

 

L’ANESTAPS constate comme chaque année, une augmentation des effectifs. Il s’en suit, des opérations de «bricolage» à l’entrée des universités, intolérables. Il est alarmant de voir certaines universités clôturer les inscriptions administratives des premières années pendant l’été, ou encore diffuser des avis défavorables à l’entrée de la première année de Licence ou de Master. Il est donc nécessaire de réfléchir à la légitimité des capacités d’accueil, souvent fixées sur un «simple coup de téléphone» aux chanceliers des universités sans réelles réflexions autour du taux d’encadrement, du taux d’utilisation des salles de cours ou des équipements sportifs.

 

Les étudiants disposant de moyens pourront partir étudier à l’autre bout du territoire dans une des rares UFR STAPS dont la capacité d’accueil n’est pas à son seuil maximal, pour pouvoir essayer de contourner le problème et suivre le cursus désiré. Autre aberration, les jeunes n’ayant les moyens financiers et qui ne seront pas pris à l’université, se retrouveront contraints de payer une formation professionnelle du Ministère des Sports (BPJEPS) s’ils souhaitent s’engager dans un système de formation sport. Combien de jeunes notre service public éducatif va-t-il laisser sur le carreau cette année ?

 

L’ANESTAPS rappelle son attachement à mettre fin à toute forme de sélection à l’entrée des universités. De plus, elle informe les futur.e.s étudiant.e.s STAPS que la sélection sur dossier, lettre de motivation, entretien, etc. est strictement illégale à l’entrée d’un Master 1 ou en première année de Licence STAPS. La nécessité de mettre en place une réforme des formations dans le champ du sport est impérative !

 

 

Arielle Salmon – VP chargée des Relations Presse
vp.communication@anestaps.org – 06.83.32.65.50

Laurent Beauvais – Président
president@anestaps.org – 06.81.29.98.28

Bywebmaster

Formation sport, nouvelle page blanche du gouvernement ?

Alors que les premières épreuves du baccalauréat débuteront dans trois semaines, les jeunes souhaitant suivre des formations supérieures ont pour la plupart, finalisé leurs vœux d’orientation. Cette année, ils seront sans doute encore plus nombreux que les années précédentes à placer la première année de licence STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) en tête de cette liste et, malgré l’obtention du sésame ouvrant les portes des études supérieures, encore plus nombreux à ne pas pouvoir l’intégrer.

Leur erreur ? Ne pas avoir réussi « l’examen » final : un tirage au sort qui décidera de quel bachelier pourra suivre la formation STAPS ou non. Le tirage au sort ? C’est avant tout un moyen de sélection égalitariste, mis en place pour que le nombre d’étudiants soit en cohérence avec les moyens mis à disposition par l’Etat aux Universités. Outre les difficultés financières de l’enseignement supérieur, et le caractère injuste de ce moyen de sélection, posons la question de fond que nous amène cet état de fait : notre offre de formation aux métiers du sport permet-elle l’élaboration de parcours éducatifs cohérents et articulés ?

 

Un système de formation complexe et illisible …

Les métiers du sport constituent un champ aux limites imprécises, dont l’étendue est tributaire de la définition choisie du sport. Si l’on se limite à une définition minimaliste des métiers du sport, à savoir l’encadrement des APS (activités physiques et sportives) réglementé par le code du sport, la France compte 4 types de certifications différentes : les diplômes du Ministère de l’Enseignement Supérieur (STAPS), ceux du Ministère des Sports (BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS), les certificats de qualification professionnelle (CQP) et les titres à finalité professionnelle (TFP). D’un niveau infra-bac au bac+8, ce sont plusieurs centaines de certifications[1] différentes qui permettent d’exercer dans ce champ sportif réduit. Même en imaginant qu’un bachelier ait un projet professionnel bien défini dans ce champ, il est hautement improbable qu’il puisse choisir la voie la plus à même de l’y conduire dans ce labyrinthe.

 

… pour des métiers aux enjeux multiples

Si le sport n’est pas considéré principalement comme apportant une plus-value éducative, intégrative, sanitaire ou sociale, il a néanmoins très largement pénétré les politiques publiques en la matière. De l’enseignant d’éducation physique et sportive (EPS) à l’animateur sportif, en passant par l’enseignant en activités physiques adaptées (EAPA) intervenant en soins de suite ou dans les clubs pour certains patients, les professionnels du sport sont de plus en plus présents dans la vie des français. Dès lors, la question de la formation de ces professionnels relève tout autant de leur intérêt particulier, que de celui de leurs élèves, licenciés ou patients : de l’intérêt général. En l’état, il n’est pas évident que notre système de formation aux métiers du sport permette de répondre pleinement aux enjeux aujourd’hui associés au sport.

 

Réformer la formation sport : des intentions politiques ne menant à aucune action

L’illisibilité du système n’est pas inconnue des décideurs politiques, les deux candidats au second tour de l’élection présidentielle de 2012 avaient chacun leurs propositions de réforme en la matière. Si pour juger d’un mandat, la raison invite d’en attendre le terme, autorisons-nous à faire un point d’étape sur l’action du Ministère en charge des sports. « Revoir en profondeur la formation de l’encadrement du sport », tel était l’engagement du candidat Hollande, qu’en est-il après trois ans ?

Aucune action allant en ce sens n’est à noter, et bien au contraire, la suppression du CAFEMAS[2] (Centre d’Analyse des Formations, Emplois et Métiers dans l’Animation et le Sport), dont l’un des objets était la recherche d’une meilleure harmonisation emploi/formation dans le sport, et dont la qualité des travaux est reconnue, a été rejetée par les acteurs du dialogue social. Un comité interministériel a depuis été créé pour s’emparer de cette question, mais force est de constater qu’il n’a eu aucune utilité depuis sa création. Même constat au niveau européen : alors que la commission européenne travaille activement à une amélioration de la mobilité des jeunes et des travailleurs et à la valorisation du bénévolat dans le champ du sport, la France brille par son manque d’investissement.

 

De la nécessité d’une réforme

La rentrée 2015 approche, et elle ne sera pas différente des précédentes : ceux qui subissent les pots cassés de ce système, ce sont les jeunes et en particulier ceux qui ne suivront pas la formation de leur choix en septembre, ou qui ne suivront aucune formation. Ceux disposant de moyens suffisants pour partir étudier à l’autre bout du territoire dans une des rares UFR STAPS n’atteignant pas sa capacité d’accueil maximale pourront peut-être contourner le problème, mais combien de jeunes notre service public éducatif laisse-t-il sur le carreau chaque année ? Cette situation ne peut plus durer, une réforme urgente et d’ampleur de la formation sport est indispensable.

Urgente, car il est inconcevable qu’une génération de plus fasse les frais de ce système illisible, qui place chaque année des centaines de jeunes au pied du mur, sans possibilité de s’épanouir et de construire sereinement leur avenir.

D’ampleur, car il ne s’agit pas de modifier des contenus de diplômes, mais bien de repenser l’architecture du système de formation, les structures y intervenant et leurs interactions, pour que les acteurs du sport répondent toujours plus efficacement aux missions qui leurs ont été confiées. Cela implique notamment de renforcer les liens entre les UFR STAPS et l’ensemble des acteurs du sport, et ainsi mettre en commun leurs infrastructures et compétences. Le sport peut et doit répondre à de nombreux enjeux sociétaux, à la plupart des maux qu’on lui prétend pouvoir guérir, mais pas dans n’importe quelles conditions.

Les jeunes observeront avec intérêt les actions que le gouvernement mettra en place dans les mois qui viennent. Mais si la frilosité due au contexte hivernal des prochaines élections régionales doit guider ces actions plus que de raison, il ne fait pas de doute qu’ils en tireront les enseignements nécessaires.
[1] Retrouvez la liste complète à l’annexe II-1 (art. A212-1) du code du sport.
[2] Cette suppression avait été dénoncée par le CNESER, puis par le CSE

 

Laurent Beauvais – Président de l’ANESTAPS
Télécharger la tribune

Bywebmaster

L’ANESTAPS s’associe à l’Open Français de Footgolf 2015 !

L’ANESTAPS s’associe cette année avec l’Association Française Footgolf (AFFG) et en premier lieu à l’Open Français de Footgolf 2015 qui se trouve être la 3ème étape de la Tournée du Trophée Footgolf  Européenne. Cette compétition aura lieu samedi 30 et dimanche 31 Mai prochain au Golf Parc Robert Hersant, à 45 min du centre de Paris (la chaussée d’Ivry), plus d’info sur le site dédié http://frenchopen.affg.fr/index.html.

Pour cette étape européenne, l’AFFG recherche une dizaine d’étudiants bénévoles pour ce week-end afin de prendre par à l’organisation (encadrement et arbitrage). Ces bénévoles, se verront offrir la restauration sur le week-end, le logement en mobile-home (si besoin est) ainsi qu’une après-midi libre d’initiation à la pratique du FootGolf entouré de joueurs célèbres comme Robert Pires, Alain Roche, Ludovic Giuly, ou encore Yannick Noah.

Ainsi, si vous êtes passionné de sport, véhiculé, et libre le week-end prochain à partir de 9h30 le samedi, nous vous invitons à nous contacter par téléphone 01-46-02-05-10 ou par mail quentin.lesault@affg.fr / contact@anestaps.org

Aujourd’hui sur la région parisienne, mais demain près de chez vous puisque voici les dates qui arrivent sur la saison de la Footgolf Cup :

– Étape 8 : Samedi 27 juin – Montpellier, Golf Resort Fontcaude

– Étape 9 : Samedi 11 juillet – Lille, Golf de Lille Métropole

– Étape 10 : Samedi 5 septembre – Bordeaux, Golf de Margaux

– Étape 11 : Samedi 19 septembre – Nice, Golf de la Grande Bastide

– Étape 12 : Samedi 26 et Dimanche 27 septembre – Reims, Golf de Reims Bezannes

– FINALE : Samedi 10 Octobre – Paris, Golf des Yvelines.

 

Et l’an prochain également à Toulouse, Marseille, Nantes et Lyon… Avide de bénévolat, restez donc informés !!

Open_Golf

Bywebmaster

L’ANESTAPS partenaire de la seconde édition de « La Compète »

 

C’est après une première édition triomphante que le 7 juin prochain sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris, « La Compète » reprend du service.

 

Cet événement, unique et accessible à tous, rassemble famille, amis et collègues de travail autour du sport, du bien être mais surtout de la solidarité !

 

Solidaire, pour deux simples raisons, la première étant la logique de la course qui est un relai de 4 x 5 kilomètres en équipe. La seconde raison, est que La Compète de Paris est au profit de La Chaine de l’Espoir. Cette association créée en 1988 par le Professeur Alain Deloche, intervient dans plus de 30 pays pour offrir un accès aux soins et à l’éducation aux enfants souffrant de pathologies cardiaques.

 

C’est en accord avec ses valeurs que l’ANESTAPS est partenaire de cet événement en proposant tout au long de cette année des articles permettant de se conditionner à l’effort, mais également toute la journée du 7 juin en stimulant les participants par le biais d’ateliers de réveil musculaire et en leur proposant un parcours de sensibilisation au handicap.

 

Outre ce partenariat, les étudiants des associations du réseau de l’ANESTAPS seront également présents lors de cette journée que ce soit en tant que participants ou en tant que bénévoles.

 

Nous vous donnons rendez le Dimanche 7 juin à partir de 10h30 Place de l’Hôtel de Ville de Paris !

 

Informations pratiques :

Retrait des dossardsSamedi 06 juin 2015 de 10h30 à 19h30Planet Jogging

58/60 avenue de la Grande Armée

75017 Paris

Téléphone : 01 45 72 40 00

Métro :

Porte Maillot ou Argentine – Ligne 1

Station Porte Maillot RER C

Course et village : Dimanche 7 juin 2015 à 10h30Parvis de l’Hôtel de Ville

Place de l’Hôtel de Ville

75004 Paris

 

Métro :

Hôtel de Ville – Ligne 1 et 11