Author Archive webmaster

Bywebmaster

Quand le service public n’est pas là, le privé danse !

La filière STAPS est une filière qui attire de plus en plus de néo-bacheliers. Avec des débouchés très diversifiés ainsi qu’un taux d’insertion professionnelle plus que correct [1], il n’est pas anodin de voir arriver en nombre les lycéens vers notre formation universitaire. Les grands événements sportifs internationaux accueillis cette année en France ainsi que l’Année du sport de l’école à l’Université décrétée par la Ministre, mais encore les débats autour du sport sur ordonnance rendent les diplômés STAPS comme des professionnels incontournables face aux nouveaux besoins de demain.

Cependant, malgré ces indicateurs très favorables, l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) de Versailles est sur sa dernière année d’existence. Conséquence d’une fermeture programmée, faute de moyens afin d’assurer un encadrement suffisant.

En effet, l’Université de Versailles a décidé de se séparer d’un de ses départements afin de retrouver une stabilité financière correcte. L’ANESTAPS, ne peut que regretter cette fermeture programmée qui touche directement les lycéens issus des Yvelines.

Il n’a pas fallu longtemps pour que les vautours s’attaquent à notre service public en souffrance pourtant garant de l’accès à une formation pour tous d’une qualité indéniable.

Un nouvel UFR (privé) vient d’ouvrir à l’Université Catholique de l’Ouest, permettant ainsi d’accueillir des jeunes souhaitant devenir les futurs professionnels du sport de demain. Dommage qu’il faille payer 3.900€ par an, soit 11 700€ pour obtenir une Licence !

Les étudiants considérant à juste titre que l’accès aux études supérieur est un droit  pourront partir étudier à l’autre bout du territoire dans une des rares UFR STAPS dont la capacité d’accueil n’est pas à son seuil maximal. Cependant cette mobilité entraîne des frais supplémentaires conséquents. Des annonces concernant des mesures d’accompagnement à la mobilité des étudiants dans le cadre des vœux groupés sont toujours en attente.

Autre aberration, les jeunes n’ayant pas les moyens financiers et qui ne seront pas pris à l’université se retrouveront contraints de payer une formation professionnelle du Ministère des Sports (BPJEPS) s’ils souhaitent s’engager dans un système de formation sport. Combien de jeunes notre service public éducatif va-t-il laisser sur le carreau cette année ?

Le droit universel à la formation inclus dans le projet de loi Travail doit se traduire par un investissement conséquent dans les formations universitaires afin de garantir un égal accès à la formation pour tous.

[1] Enquête Génération 2010 – Céreq.

[2] Les métiers en 2022 – France Stratégie.

Bywebmaster

ATBE s’invite sur vos campus !

 

 

Ce projet d’une campagne nationale de lutte contre la sédentarité a trouvé son origine en partant d’un constat simple: la montée de la sédentarité, notamment chez les jeunes pose un problème de santé publique en France. Parmi les futurs acteurs du sport en France, les étudiants en STAPS et l’ANESTAPS ont décidés de se positionner sur un sujet d’actualité qui touche de plus en plus de jeunes en créant le projet Active Ton Bien Etre ! 

Ces dernières semaines l’Association des STAPS de Metz ainsi que l’Association STAPS Toulousain ont organisé une semaine ATBE.

12745933_1015743005147771_1223941805123890447_n

A Metz, l’association a proposé à ses étudiants des petit-déjeuners gratuit et équilibré, avec des séances de footing et de relaxation ainsi qu’une dégustation de smoothie.

A Toulouse,  toute la semaine l’association a proposé différentes choses : petit déjeuner équilibré, tournoi de basket, salade équilibré au choix de l’étudiant, stand Nature House pour calculer la masse graisseuse, ainsi que la présence d’un nutritionniste.

1512284_10209172117600889_2959295281058358613_n12874473_10207820677828154_2058859123_o

Le sport est bon pour votre santé

L’intérêt est d’accueillir le maximum de personnes pour leur faire découvrir l’activité physique et une multitude de sports; tout en ayant accès aux bonnes informations en terme d’hygiène de vie et ceci dans un élan de convivialité.12894579_10207820679028184_1854226643_o

LES OBJECTIFS :

Impulsé par le réseau associatif de l’ANESTAPS, l’évènement se veut attractif et utile pour tous.

L’idée est de faire découvrir des activités physiques et sportives courantes mais aussi novatrices auxquelles le public visé n’a pas accès ou n’a pas le temps de pratiquer quotidiennement.

L’état de bonne santé, indissociable de la relation entre une alimentation équilibrée et une activité physique régulière passe également par l’information et la prévention.

Ainsi deux grands objectifs ressortent de la campagne « Active ton bien-être »:

  • Sensibiliser un public aux méfaits d’un comportement sédentaire
  • Mettre en avant l’activité physique régulière ayant  un effet bénéfique sur la santé

Typo affiche ATBE

 

Bywebmaster

34ème Congrès de l’ANESTAPS à Nice !

Le 34 ème congres de l’ANESTAPS se déroulera du 24 au 27 Mars 2016 à Nice.

Chaque année, une association adhérente du réseau de l’ANESTAPS se charge d’organiser cet événement afin d’accueillir le maximum de bénévoles et responsables associatifs. Pour mars 2016, ce sont deux associations qui co – organisent, à Nice, le 34 ème congrès de l’ANESTAPS. .

Rendez vous incontournable, il est l’un des principal évènement organisé durant l’année Universitaire. 250 volontaires issu de la quasi totalité des associations étudiantes de France y seront attendus. Le congrès de l’ANESTAPS est devenu un moment unique grâce à son ampleur qui s’explique par la volonté de développer des échanges constructifs et des formations de qualité dans une ambiance conviviale et dynamique.

Conscient de la nécessité de s’informer de l’actualité, du monde qui nous entoure et des problématiques qui existent, ce congrès est l’occasion de débattre sur diverses thématiques principalement axées sur les jeunes, le monde étudiant et le champ du sport au travers de tables rondes. De nombreux invités prestigieux issus des ministères, des institutionnels universitaires et de la société civile participent à cet évènement.

Moment fort pour l’ANESTAPS, ce congrès sera également l’occasion pour les associations de s’adonner à l’exercice démocratique qu’est l’administration de la structure afin de prendre position sur des champs thématiques ouverts axés sur la défense des étudiants en STAPS.

Cet évènement sera marqué par le lancement de la contribution de l’ANESTAPS sur la vision des jeunes et sur l’organisation du sport en France. Cette contribution sera un point d’appui pour construire le livre blanc, recueil de propositions cherchant à améliorer la vie quotidienne des jeunes citoyens. Ces propositions seront défendues par l’ANESTAPS et ses associations en vue des présidentielles de 2017, conscient de l’importance d’une prise de position visant à défendre le droit des jeunes.

Bywebmaster

Journée Nationale du Sport et du Handicap

Journée Nationale du Sport et du Handicap

La Journée Nationale du Sport et du Handicap a pour objet de développer l’image du sport adapté permettant d’ouvrir et d’intégrer les personnes en situation de handicap au sport. Cette accessibilité permettant ainsi de briser les barrières sociales et de lutter contre l’isolement. Ce projet aspire également à être facilitateur d’orientation des  jeunes et à l’insertion professionnelle des étudiants.

11112852_1567774793501573_5707174248407794196_n

Cette journée se décompose en trois volets :

  • Présence d’activités physiques adaptées à tout handicap ainsi que l’initiation à des activités manuelles et sensorielles. Quelque soit le handicap le sport est accessible.
  • La mise en relation entre les étudiants et des professionnels et structures locales spécialisées dans le handicap afin de créer un lien entre le monde estudiantin STAPS et le milieu professionnel facilitant ainsi l’insertion des jeunes dans le monde professionnel.
  • Un stand d’information sur la formation STAPS permettant d’aiguiller les professionnels ainsi que les lycéens en vue de leur prochaine orientation. Des réponses concrètes aux questions du cursus STAPS, aux connaissances et compétences qui y sont enseignées ainsi qu’aux différents champs d’insertion professionnelle.

10984093_1567741626838223_6166295034232553408_n

Crée en 2013 à Avignon et à Nice, la « JNSH » s’installera le jeudi 7 avril 2016 pour la quatrième édition, dans 14 villes partout en France :  Amiens, Avignon, Besançon, Bordeaux, Chambéry, Font Romeu, Grenoble, Le Mans, Lyon, Montpellier, Nice, Orsay, Reims, et Rouen.

 

Bannière-ANESTAPS-JNSH-2016

Vous trouverez ci dessous la fiche projet ainsi que le dossier de présentation :

Fiche projet JNSH

Dossier-de-présentation-JNSH-2016

Bywebmaster

Prévision pour la rentrée 2016 : la filière STAPS sous haute tension !

La rentrée 2016-2017 sera marquée par une forte augmentation du nombre d’étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur.

D’après les chiffres du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR) publié dans une note de vendredi dernier, les prévisions du nombre d’effectifs pour la rentrée prochaine en Sciences et STAPS sont sans surprises. En effet, une augmentation de 29.4% est à prévoir entre la rentrée 2014 et 2024 pour le cursus en licence.  

Si l’on suit ces pronostics, ils seront près de 65 800 à vouloir poursuivre leur études dans la filière Science – STAPS en 2024, soit  14 800 de plus qu’en 2014. Face à cette situation qui n’est pas nouvelle, les UFR STAPS mettent en place des capacités d’accueils, faute de moyens supplémentaire afin d’assurer à bien la mission de service publique qui leur est confié.

De plus en plus nombreux vont être les néo-bacheliers à se voir refuser la poursuite d’étude de leur choix. Ceux disposant de moyens suffisants pour partir étudier à l’autre bout du territoire dans une des rares UFR STAPS n’atteignant pas sa capacité d’accueil maximale pourront peut-être contourner le problème, mais combien de jeunes notre service public éducatif laisse-t-il sur le carreau chaque année ?

Cette situation ne peut plus durer, une réforme courageuse et d’ampleur de la formation sport est indispensable.

12767951_456685294540268_519499017_o

Source : MENESR-DGESIP-DGRI-SIES

Source : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid99313/projections-des-effectifs-dans-l-enseignement-superieur-pour-les-rentrees-de-2015-a-2024.html?feuilleCSS=chrome

Bywebmaster

Responsable Espace Esacalade Ludique

ENTRE-PRISES, leader mondial des murs d’escalades, est présente dans le monde entier grâce à ses filiales espagnole, anglaise, allemande, américaine, chinoise mais également par un réseau de distributeurs.
ENTRE-PRISES recrute un responsable pour son centre de loisir Clip ‘n Climb – ouverture du centre – 4 avril 2016. Le centre sera situé dans une zone commerciale et pourra accueillir des sessions d’environ 7 personnes toutes les 30 minutes.

annonce repsonsable CnC Grenoble – 02.2016

Bywebmaster

Conseiller en Ergonomie

Notre société est spécialisée dans les équipements mobiliers pour personnes handicapées ou ayant des TMS en entreprises.

Nous recherchons activement un Conseiller en Ergonomie (voir Fiche jointe) .

Un candidat au profil STAPS / APAS, s’il est doté d’une fibre commerciale et volontaire, serait l’idéal.

Fiche CONSEILLER EN ERGONOMIE Commercial

Bywebmaster

Les débats du Sport Solidaire

Les Débats du Sport Solidaire : un nouvel espace d’échanges sur le sport et la société !

DOC LOGO LES DEBATS DU SPORT SOLIDAIRE VECT

Initiés par la Fondation d’entreprise FDJ, en partenariat avec le Think tank Sport et Citoyenneté, les « Débats du Sport Solidaire » se positionnent comme des rendez-vous réguliers d’échanges autour du sport et du rôle qu’il joue dans la société. Premier acte le 17 février 2016, pour une table ronde sur la pratique sportive des personnes en situation de handicap.

Une nouvelle étape dans la communication et le plaidoyer autour des questions de sport et de société. En s’associant à la Fondation d’entreprise FDJ autour d’un nouveau concept de « Débats du Sport Solidaire », notre Think tank poursuit sa mission d’agitateur d’idées et d’analyse de l’impact sociétal du sport.

Pour cette première édition, la thématique choisie résonne avec l’actualité, puisque les Championnats du monde d’athlétisme Handisport à Doha (Qatar) viennent de s’achever. Mais elle dépasse le seul champ de la pratique sportive pour embrasser de vrais questionnements de société.

En effet, bien que la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNUDPH) reconnaisse, dans son article 30, le droit des personnes en situation de handicap à participer à la vie culturelle et récréative, aux loisirs et aux sports, force est de constater que les taux de pratique restent faibles, en France comme en Europe. Si le développement de la pratique sportive n’est pas un défi propre aux publics en situation de handicap (les faibles taux de pratique de la population européenne dans son ensemble sont là pour le rappeler), certaines difficultés rencontrées au quotidien par les personnes en situation de handicap renforcent néanmoins leur isolement.

Des enjeux multiples

Au premier rang de ces difficultés figure, encore et toujours, la question de l’accessibilité. A la fois du cadre bâti, des établissements recevant du public au sens large (dont font partie les infrastructures sportives), mais aussi, plus largement de notre société dans son ensemble. Œuvrer pour que notre société soit plus accessible et plus inclusive, intégrer cette dimension dès la conception des établissements et des services est un défi immense, qui concerne plus de 12 millions de Français (les personnes en situation de handicap, mais aussi les personnes âgées, les malades ou les personnes accidentées). La loi du 11 février 2005 pour « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » a constitué une avancée majeure, mais il faut aujourd’hui qu’elle soit mise en œuvre.

Favoriser la pratique physique ou sportive, quel que soit le handicap, implique aussi que l’ensemble des acteurs qui interviennent dans le quotidien des personnes en situation de handicap (entourage, personnel médico-social, structures adaptées…) soient associés au processus. Cela nécessite de la pédagogie et le développement de passerelles entre les secteurs du sport, de la santé et du social.

De même, le développement de la scolarisation en milieu ordinaire des enfants et des adolescents en situation de handicap, prévu par la loi du 11 février 2005, offre une occasion à saisir pour augmenter la pratique des activités physiques et sportives adaptées.

Ce nouvel environnement réinterroge également le positionnement des fédérations sportives spécifiques (Fédération Française Handisport et Fédération Française de Sport Adapté), dont l’expertise développée depuis plus de 50 ans doit permettre de former les éducateurs, les enseignants et les professionnels à l’accueil et à la pratique en milieu ordinaire.

Ces enjeux, et bien d’autres, seront évoqués lors de la première édition des « Débats du Sport Solidaire » le 17 février prochain.

Enfin, le haut niveau ne doit pas être négligé, en raison notamment de son potentiel d’entraînement. Le relatif mais réel succès médiatique des Jeux Paralympiques de Londres puis de Sotchi témoigne qu’il est possible de diffuser du handisport à la télévision. Des initiatives telles que le dossier « Hors Normes » du journal L’Équipe ou la collection « Différents comme tout le monde » diffusée sur les chaînes du groupe M6 et parrainée par la Fondation d’entreprise FDJ peuvent faire changer le regard sur la pratique handi-sportive.

Plus d’informations

Inscriptions

Bywebmaster

[Communiqué] Budget, sélection… L’éternel combat des Étudiants en STAPS

Paris, le 2 février 2016,

Budget, sélection… L’éternel combat des Etudiants en STAPS

L’Assocation Nationale des Etudiants en STAPS est engagée depuis sa création contre toute forme de sélection à l’entrée à l’université. Les étudiants en STAPS se sont déjà mobilisés à plusieurs reprises contre les formes illégales de sélection à l’Université et notamment en STAPS

Aujourd’hui pourtant, 39 UFR utilisent des capacités d’accueil afin de limiter l’accès à leurs formations. Ils ne sont qu’une douzaine à laisser l’accès aux études libre, dans cette situation, ce sont les jeunes qui font les frais d’un enseignement supérieur agonisant, victime du désengagement de l’état.

Où est donc la priorité jeunesse que le Président de la République rappelait encore, lors des voeux à la jeunesse et aux forces de l’engagement  pour cette année 2016 ?

C’est cette question que se pose aujourd’hui, légitimement, les jeunes souhaitant se diriger vers une formation du champ du sport. Faute de places suffisantes à l’Université ceux-ci font en effet face à une loterie qui décide pour eux s’ils accéderont à une licence STAPS, où s’ils devront se tourner vers des formations plus courtes, et bien plus onéreuses. Est-ce là l’avenir de la formation aux métiers du sport ?

Hier encore, un nouvel UFR demandait l’instauration d’une capacité d’accueil. L’ANESTAPS ne peut que dénoncer cette requête car il est inadmissible que le devenir d’un jeune ne soit pas le fruit de son choix.

Des solutions existent, mais encore faut-il avoir le courage de les mettre en place: nouvelles formes de pédagogie innovante avec le numérique, les rapprochements entre les CREPS et les universités pour mutualiser les infrastructures sportives ou encore le fléchage de la taxe d’apprentissage vers les UFR STAPS.

Plus de 4 mois après la mobilisation de plusieurs milliers d’étudiants en STAPS à travers toute la France, de nombreuses questions restent en suspend. Pourquoi limiter l’accès d’une filière qui permet un taux d’insertion des jeunes élevé [1] et où le secteur se développe de jour en jour ? Pourquoi le service public n’assure-t-il pas sa mission et laisse-t-il la place à l’émergence de classes préparatoires privées ?

Ces questions restent en suspend, tout comme l’avenir de nombreux jeunes !

[1] Source : CEREQ

Contacts presse :
Bréwal Soyez–Lozac’h
Président
president@anestaps.org
06 81 29 98 28

Arielle SALMON
Attachée de presse
presse@anestaps.org

Télécharger ici le communiqué de presse

Bywebmaster

GAY GAMES – PARIS 2018

Le BDE UFRAPS organise le mercredi 3 février 2016 à Lyon une conférence-débat à l’occasion de l’évènement « Paris 2018 » (organisations des Gay Games en France), en présence de Manuel Picaud, co-président de l’événement et de Philippe Liotard, sociologue du sport.

  

En quoi consiste les « Gay Games » ? 

Il s’agit d’une compétition sportive et culturelle internationale créé en 1982 à San Francisco et rassemblant désormais près de 20 000 participants. Cet événement présente des similitudes avec les Jeux Olympiques, mais s’en démarque également par son ouverture à tous sans distinction de niveau, sport, nationalité ou sexe.

Chacun peut composer son équipe et venir rencontrer des joueurs du monde entier.

Qu’est-il prévu pour « Paris 2018 » ?

Côté sport, durant toute une semaine plus de 30 disciplines sportives sont programmées. Côté culture, très présente durant la semaine, des concerts, du théâtre, des expositions d’art sont prévues.

Enfin, plusieurs conférences et débats auront lieu avec des thématiques comme l’inclusion, et les valeurs du sport seront abordées.

         

La prochaine édition se déroulera à Paris en 2018 du 04 au 12 août.

A l’instar des jeux olympiques, un événement de cette ampleur se prépare bien en amont !

Cette rencontre sera un temps d’échange, au cours duquel aucune question n’est tabou ! C’est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur les objectifs, les enjeux et la finalité de cet évènement international.

  

L’état d’esprit de ces jeux est fondé sur la « Diversité, la convivialité, la solidarité, l’égalité, et le partage ». Ses valeurs en trois mots : « participation, meilleur de soi, inclusion » sont celle qui anime également l’ensemble du réseau de l’ANESTAPS.

    

Le Rendez-vous est fixé le Mercredi 3 février à 18h, sur le site de la Doua à Villeurbanne, Amphi STAPS (dans le bâtiment Jacques SAPIN).

12553004_1182744441744634_7564408484437295353_n