Monthly Archive mars 2019

Bywebmaster

Préparation de la campagne de mobilisation des jeunes aux européennes

Le week-end dernier, l’ANESTAPS, associations et membres du bureau national, a participé au WE2E (Week End des Élections Européennes) organisé par la FAGE et pour préparer la suite de sa mobilisation afin d’encourager le vote des jeunes aux élections européennes du 26 mai 2019.

En effet, lors du dernier scrutin de 2014, les jeunes étaient seulement 27% à se déplacer aux urnes pour choisir leurs représentants au Parlement Européen. Partant de ce constat, la FAGE, première organisation de jeunesse en France, se mobilise avec son réseau pour augmenter ce taux de participation.

De ce fait, Le programme du WE2E a été construit pour répondre aux deux principaux leviers qui permettront d’amener les jeunes aux urnes.

Le premier et probablement le plus important est le manque d’informations qu’ont les jeunes à propos de l’Union Européenne et de son fonctionnement. Les participants se sont déplacés le vendredi au bureau de liaison du Parlement Européen où Liza Paolini et Maxime Canon ont présenté la communication mise en oeuvre par cet acteur qui partage notre objectif d’implication des jeunes dans les élections européennes. Parmi les outils mis en place, on retrouve bien sûr la plateforme #CetteFoisJeVote, mais aussi le site Ce que l’Europe fait pour moi. Ensuite, une présentation de la campagne de communication des Jeunes Européens de France a été donnée par son président, Hervé Morit. Le lancement officiel de ladite campagne s’est déroulé le dimanche, Place du Trocadéro à Paris.

En capitalisant sur les expériences des personnes présentes et rencontrées, les participants ont pu compiler leur idées pour mettre en place le planning opérationnel de communication du réseau de la FAGE, en liant actions de terrain et méthodes de communication innovantes pour informer et intéresser les jeunes aux questions de l’Europe.

Le second frein entravant le vote des jeunes concerne le désintéressement de ces deniers qui ne perçoivent pas l’impact des politiques et actions de l’Union Européenne sur leur vie quotidienne et se sentent déconnectés de cet organe. C’est pourquoi, en 2017, la FAGE a lancé ses États Généraux sur l’Europe. Cette méthodologie de dialogue structuré a permis de créer du débat entre les jeunes sur de nombreuses thématiques qui touchent à l’Europe pour faire ressortir des positions. Les candidats peuvent ainsi utiliser la synthèse des États Généraux afin de toucher les jeunes en intégrant les positions auxquelles ils sont sensibles à leur programme. Une présentation de ces Etats Généraux et de la stratégie de portage des positions auprès des futurs eurodéputés a été faite par le bureau national de la FAGE.

Si le Parlement Européen s’intéresse plus à la jeunesse, la jeunesse s’intéresse plus à l’Europe.

#YourHopeForYouth.

Bywebmaster

Un colloque pour encourager la pratique para-sportive et favoriser l’inclusion

A l’occasion de notre collaboration lors du futur Colloque Sport Handicap, le Think Tank Sport et Citoyenneté nous a écrit cet article :

En France, les taux de pratique sportive des personnes en situation de handicap demeurent très en-deçà
de ceux du reste de la population. Le 27 mars a lieu la Journée nationale du sport et du handicap, qui a
pour but de sensibiliser aux possibilités du sport-handicap, de lutter contre l’isolement et briser les
barrières sociales. Le think tank Sport et Citoyenneté et l’ANESTAPS organise lors de cette journée un
colloque qui vise à proposer des solutions pour encourager la pratique para-sportive.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 15% de la population mondiale vit au quotidien des situations
de handicap et cette proportion ne peut qu’augmenter avec le vieillissement de la population. La Convention
des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CNUDPH), reconnaît dans son article
30 leur droit de participer à la vie culturelle et récréative, aux loisirs et aux sports. L’épanouissement, la
santé, le bien-être et le lien social sont au cœur de ces réflexions.
En France, la loi du 11 février 2005 doit faciliter l’intégration des personnes en situation de handicap dans la cité,
en ce qui concerne le cadre bâti, mais aussi l’ensemble des services, l’accueil, l’information et les pratiques en
elles-mêmes.

Malgré tout, les activités physiques et sportives, maillon essentiel de la vie sociale et locale, restent inaccessibles
à de nombreux individus en situation de handicap. Non seulement les infrastructures sont souvent inadaptées,
mais les transports collectifs et l’aménagement des espaces publics ne sont que trop rarement conçus pour
ces personnes. Quant à l’offre des fédérations, des clubs, des établissements ou du secteur marchand, elle
correspond rarement aux besoins et aux attentes, notamment concernant le sport hors compétition.
C’est donc la dimension d’accessibilité qu’il faut interroger dans nos territoires, ainsi que le degré
d’information et de sensibilisation de la population.

La Journée Nationale du Sport et du Handicap, créée en 2013 par l’ANESTAPS, a lieu aujourd’hui dans plus
de 20 villes en France. Elle s’articule autour d’activités de sensibilisation à destination du grand public, de
colloques et tables-rondes.
Dans le cadre de sa réflexion consacrée à l’accessibilité en matière d’activités physiques et sportives, le Think
tank Sport et Citoyenneté, collabore pour cette édition avec l’ANESTAPS. Ils organisent un débat visant à
identifier des solutions pour encourager les pratiques para-sportives, à la fois dans le cadre fédéral mais
aussi dans la société dans son ensemble.

Lors de ce colloque sera abordée notamment la question des offre sportives proposées aux publics en situation
de handicap, et la nécessaire complémentarité à trouver entre les acteurs dans ce domaine.
Il sera aussi question de l’accompagnement des acteurs sociaux et médico-sociaux dans la fourniture d’une offre
de pratique adaptée.
Ce colloque permettra enfin de mettre en avant des bonnes pratiques pour favoriser une pratique sportive de
proximité pour les personnes en situation de handicap.

Le think tank Sport et Citoyenneté souhaite continuer à collaborer avec l’ANESTAPS sur cette question et va
poursuivre sa réflexion et son expertise en matière de sport et de handicap.

Bywebmaster

Rendez-vous le 27 mars !

Depuis toujours, l’ANESTAPS lutte activement contre toutes formes de discrimination et se positionne sur les problématiques sociales en utilisant l’activité physique comme vecteur d’inclusion sociale. Ainsi, l’ANESTAPS organise plusieurs projets nation aux pour répondre aux besoins sociétaux et promouvoir la filière aussi bien auprès des acteurs socio-économiques que du grand public. Parmi eux, la Journée Nationale du Sport et du Handicap a pour objectif de développer l’image du sport handicap, permettant d’ouvrir et d’intégrer les personnes en situation de handicap au sport. Cette accessibilité permettant ainsi de briser les barrières sociales et de lutter contre l’isolement. Ce projet aspire également à être facilitateur d’orientation des jeunes et à l’insertion professionnelle des jeunes.

Cette journée se compose en 3 volets :

  • La première partie est celle de la sensibilisation, souvent traduite par des activités à destination des étudiants mais également du grand public et notamment les plus jeunes, afin de changer les mentalités et le regard sur le handicap.
  • Le second volet est celui de la mise en place de tables ronde et colloques sur le thème du sport et du handicap ayant pour but de faire intervenir des personnalités importantes de ce secteur et ainsi créer un moment d’échange privilégié.
  • Le dernier volet est la mise en relation entre le public et les professionnels par le biais d’un village partenaire composé de structures spécialisées dans le domaine du handicap.

La Journée Nationale du Sport et du Handicap se développe chaque année depuis son lancement en 2013 par les deux villes organisatrices : Avignon et Nice.

En effet lors de la 6e édition en 2018, plus de 6.200 participants et 680
bénévoles se sont initiés à plus de 180 activités. Près de 180 partenaires ont permis aux 20 villes d’Amiens, Clermont-Ferrand, Le Mans, Reims, Rennes, Bordeaux, Rouen, Lyon, Chambéry, Toulouse, Grenoble, Nantes, Nice, Avignon, Besançon, Saint-Brieuc, Valenciennes, Brest, Saint-Etienne et Paris de réaliser avec réussite leur JNSH.

En 2019, l’ANESTAPS, son réseau et son parrain national, le multiple champion paralympique Cyril Moré vous donne rendez-vous le mercredi 27 mars pour une 7e édition exceptionnelle dans près de 30 villes en France et pour la première fois en Guadeloupe !

 

L’édition parisienne commencera par un colloque dans la salle des fêtes de la Mairie du 3e arrondissement sur le thème « Comment développer la pratique para-sportive et favoriser l’inclusion ? » organisé en collaboration avec Sport et Citoyenneté, modéré par Charles ROZOY, collaborateur de la Ministre des Sports sur le sport handicap et avec la participation de Marie-Amélie LE FUR, Présidente du Comité Paralympique et Sportif Français, Lydie COHEN, membre du comité scientifique Sport et Citoyenneté, Evelyne CIERIGI, Présidente du CROS Île-de- France, Julian JAPPER, Directeur Général de Sport et Citoyenneté et Mathias GOASMAT, Président de l’ANESTAPS. L’UNSS, la Fédération Française de Handisport et du Sport Adapté, l’UCPA, Siel Bleu, les APF, la Fédération Française de Sport pour Tous, la SFP APAS et plusieurs députés seront également présents.

A partir de 12h et tout au long de l’après- midi, auront lieu des activités d’initiation au sport handicap. Il sera ainsi possible de s’essayer au cecifoot, au volley assis, au basket fauteuil et au sport partagé sur la célèbre place de la République.

L’ANESTAPS remercie ses nombreux partenaires : la FAGE, la Fédération Française de Sport Universitaire, la FEDEEH, Diffuz, l’UNSS, Sport et Citoyenneté, le CROS Île-de-France et la campagne d’information du Parlement Européen « Cettefoisjevote ».

 

Renseignez-vous sur les projets territoriaux !

 

Contacts :

Matthieu AIMAR – Coordinateur de la JNSH – jnsh@anestaps.org – 06 33 95 32 81

Baptiste ROMERO – Attaché de Presse – presse@anestaps.org – 06 03 50 40 53

Communiqué de Presse – JNSH 2019

Bywebmaster

DILORAMES : l’appli d’orientation dans les métiers du sport

Ça y est, c’est officiel ! L’application DILORAMES est disponible gratuitement sur le PlayStore : CLIQUE ICI 

Alors, à vos smartphones ! Que vous soyez au lycée, en étude, ou tout simplement en recherche d’informations sur les métiers du sport et de l’animation, le jeu DILORAMES vous permet de découvrir de manière ludique de nombreuses fiches métiers.

Partant du constat partagé des problématiques d’orientation, qui sont décuplées dans le champ du sport à cause de l’illisibilité de l’offre de formation, les acteurs du champ du sport se sont rassemblés sur commande du Ministère de lʼEnseignement Supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation (MESRI) via la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur et de l’Insertion Professionnelle (DGESIP ) pour y apporter une solution.

L’ANESTAPS, l’UNESS, la C3D, le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le ministère des Sports et l’ONISEP, se sont donc réunis pour centraliser, dans un serious game, toutes les informations relatives aux métiers du sport et de l’animation, en capitalisant sur les champs d’expertises de chacun des acteurs.

Ce dernier permet de proposer une source d’informations innovante et accessible aux jeunes, basée sur un synopsis original qui rend l’orientation et la sensibilisation naturelle.   

Le synopsis

Le jeu DILORAMES prend place dans un univers de science-fiction, à l’ère du voyage interplanétaire, où de nombreux peuples humanoïdes cohabitent plus ou moins paisiblement depuis plusieurs décennies.

Les Semarolids, des entités immatérielles récemment arrivées dans le galaxie, essaient de comprendre les espèces organiques. Les plus aventureux s’incarnent dans des corps synthétiques pour se fondre dans la population humanoïde, avec un succès mitigé.

Désireux de s’intégrer dans la communauté galactique, ils ont créé plusieurs stations dédiées à l’étude des domaines propres aux organiques, dont celui du sport.

Le joueur incarne un jeune émissaire terrien dont l’objectif est de développer de bonnes relations avec les Semarolids et de les aider à comprendre les cultures des organiques. Il devient ainsi superviseur de la station DILORAMES-R3.

Destinée à accueillir les organiques et à les rassembler autour d’activités sportives, la station est en fait totalement inadaptée : les Semarolids ont des notions fausses de la physiologie et des besoins des autres espèces, et ont maladroitement tenté de créer un environnement qui leur conviennent.

Mais rien ne marche comme prévu, et les équipements sportifs sont inutilisables, voir dangereux. Le joueur devra donc se débrouiller pour rendre la station à la fois fonctionnelle et attractive, afin d’en faire non seulement un lieu d’échange, mais aussi la destination favorite de tous les sportifs de la galaxie.

Test du jeu mobile

Premières réactions au test du jeu mobile